presidentielles 2007 , 2012 et 2017

29 août 2015

Sommes nous prêts à une guerre en EUROPE ?

 

Des bruits de bottes sont de plus en plus perceptible en europe centrale.

 

 

Les derniers accords de MINSK semblent déjà si lointain. n'allons nous pas connaître une remake de ce que la RUSSIE avait été dans l'obligation de faire après cette attaque et bombardements ridicules de la Géorgie il y a quelques années , contre des populations russes avec l'aide éclairée de la CIA et du MOSSAD ?

 

 

Plusieurs dizaines de généraux Allemands viennent de publier un article dans la presse demandant aux responsables de l'OTAN de mettre fin aux provocations inutiles et ridicules contre la RUSSIE.

 

 

http://www.lesobservateurs.ch/2015/05/09/une-centaine-de-generaux-allemands-appellent-lotan-a-cesser-ses-actions-antirusses/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

 

 

Quel est l'objectif poursuivi par les USA et donc de l'OTAN totalement inféodé à ce pays?

 

 

Certes l'aide continuelle apporté par les Russes au SYRIEN bacharr el Assad vont à l'encontre des vues stratégiques tant des USA que d'Israël qui souhaite plus que n'importe quel autre adversaire de l'ALLOUITE pro IRANIEN bacharr de voir prochainement sa chute et l'instauration d'un gouvernement sunnite sous contrôle de l'ARABIE SAOUDITE.

 

 

la RUSSIE pour des raisons évidentes d'intérêts à défendre dans ce pays sans citer l'existence de sa dernière base Navale en Méditerranée après la, perte de sa base en Lybie, ne peut accepter les attaques considérées comme injustifiées contre cet état ami de la RUSSIE.

 

 

les livraisons d'armes ainsi que tout le matériel militaire indispensable à la poursuite de la guerre de l'état Syrien se poursuivront tant qu'un accord ne sera pas trouvé pour maintenir le gouvernement syrien pro Russe en place.

 

 

L'engagement depuis quelques heures de forces terrestres en SYRIE des USA en soutien de forces Turques et contraire aux accords passés entre les USA et la RUSSIE.

 

 

les RUSSES ne sont ils pas en droit de s'opposer à des actions militaires non validées par le conseil de sécurité ?

 

 

dans ces conditions quel est le rôle exact du conseil de sécurité de l'ONU si un des 5 membres permanents peut se permettre d'outrepasser son rôle ?

 

 

Le déploiement d'armement Russes anti aérien tant autour de la base navale que jusqu'à une centaine de km de cette base interdit tout survol occidental de cette zone tampon. et interdit de fait toute pénétration aérienne tant des USA que de tshal.

 

 

Les risques de destruction des avions occidentaux étant sans doute à un niveau supérieur de 95%.

 

 

Les pressions exercée sur la RUSSIE suite au coup d'état validé par les occidentaux à KIEV, risquent d'entraîner une réaction disproportionnée de la part de la RUSSIE.

 

 

Chacun devant prendre conscience que si les "nazillons de Kiev" tels que les nomment les Russes, (sont ils en droit de les nommer ainsi quand on ne peut occulter que la Russie certes soviétique a perdu 25 millions de citoyens dans la grande guerre patriotique contre les NAZIS.)

 

 

il est d'ailleurs curieux que de faibles esprits incultes puissent se faire abuser par la propagande et soient amenés logiquement à considérer aujourd'hui les RUSSES comme des nazis.

 

 

personne ne peut ignorer que la moindre attaque ou bombardement sur des populations RUSSES entraînerait ipso facto une réaction militaire légitime de la part de l'armée RUSSE.

 

 

Alors que cherchons nous à obtenir?

 

dans l'hypothèse que tous souhaitent improbable d'un affrontement militaire réel, chacun ne peut ignorer que jamais au grand JAMAIS les USA n'interviendraient en centre Europe.

 

 

cela serait contraire à toute la stratégie de défense de ce pays depuis l'affaire de la baie de cochons en 1961 . le concept de riposte graduée ainsi que la sanctuarisation des territoires nationaux interdiraient un affrontement direct au risque toujours probable d'échanges nucléaires avec 8000 têtes Russes d'une part et près de 5500 têtes US de l'autre.

 

 

Dans ces conditions contraindre les RUSSES à se déployer aura nécessairement des impacts collatéraux. l'invasion de la Pologne et des petits pays Baltes ne peut logiquement être exclue.

 

 

Quelle serait l'attitude de la France, totalement désarmée avec ses quelques centaines de chars (dont plus de la moitié en maintenance) face aux milliers de chars russes de dernière génération certes moins nombreux que les 65 000 chars soviétiques des années 80, mais d'un volume allant de 1 à 10 face aux forces occidentales.

 

 

le moindre engagement agressif à l'égard de l'armée Russe pouvant en riposte se traduire par des frappes aériennes sur certains de nos pôles industriels;

 

 

Est ce l'objectif recherché par nos diplomates et non dirigeants qui annoncent jour après jours vouloir éradiquer le président Syrien ?

 

http://www.lesobservateurs.ch/2015/08/29/lappel-au-meurtre-de-hollande-sur-bachar-el-assad/

 

 

quels sont alors les objectifs stratégiques qui pourraient expliquer l'attitude de la France ou du moins de ses dirigeants actuels?

 

 

http://www.lesobservateurs.ch/2015/08/26/arabes-chretiens-les-inconsequences-de-laurent-fabius/

 

 

Posté par gillesgamba à 23:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 décembre 2014

"SALAUDS de Patrons"

 

à écouter les socialistes, l'état aurait déjà fait cadeau aux PATRONS de 20 milliards avec le CICE et près de 42 milliards avec le pacte de responsabilité

 

 

fabuleux cadeaux fait au Patronat qui devait lui permettre d'enrayer l'explosion du chômage en France.

 

juste retour équitable de ces mesures qui coûteront tant au peuple.

 

 

Or que font ils?

 

 

RIen et pire ils n'embauchent plus devenant ainsi les seuls responsables (selon les bons socialistes) de la situation économique et de la misère du pays en refusant au peuple son droit le plus élémentaire avoir un travail rémunéré qui permette au salariés sa dignité et l'assurance de pouvoir élever sa famille.

 

 

Devant une telle 'barbarie" un tel incivisme , le patronat refuse ainsi idéologiquement le socialisme et se rend coupable aux yeux des "pauvres" travailleurs de la pire indécence, contraindre l'ouvrier au chômage de masse et à sa conséquence la misère de ses enfants.

 

 

Qu'ils partent tous comme le disait avec vigueur le" Brave " Mélanchon,

 

 

certains l'ont fait (Salauds de patrons) privant ainsi le pays de leurs compétences mais pire en allant créer des entreprises à l'étranger . volant ainsi ce qui revient de droit aux ouvriers Français leur propre travail.

 

 

Salauds de patrons!

 

 

comme l'expliquait doctement le gros bourgeois MARX en 1848, rien n'a changé dans l'exploitation du peuple par les Bourgeois.

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/03/29/la-mondialisation-actuelle-expliquee-par-marx-en-1848.html

 

 

Comme l'explique maintenant certains socialistes, les patrons vont attendre tranquillement 2017 et le retour de la droite au pouvoir pour enfin remplir leur devoir citoyen, assumer leurs responsabilités en créant des emplois pour tout le monde salarié.

 

 

Salauds de patrons!

 

 

Ils se contentent de vivre au ralenti, assurés de toujours gagner suffisamment pour leurs besoins personnels et ceux de leurs familles contrairement aux pauvres salariés qu'ils maintiennent dans le chômage et la misère.

 

 

 

Salauds de patrons.

 

 

Ils désertent l'école de la république en isolant leurs enfants de ceux vulgaires du peuple. Ils financent à outrance des heures de cours personnels supplémentaires afin que leurs enfants maintiennent le niveau d'excellence qui était le leur et qui débouchera tous le savent vers la sélection impitoyable des classes préparatoires aux grandes écoles. (désormais interdites aux fils d'ouvriers moins de 7% alors qu'ils étaient 37% en 1955 avec les bourses)

 

 

Salauds de Patrons!

 

 

Ils financent les voyages dans le monde entier de leurs progénitures, qui devant la nécessité de ces voyages maîtrisent plusieurs langues à l'oral, contrairement aux enfants du peuple qui ne découvrent le monde qu'au travers des voyages des romans de Jules Vernes du moins pour ceux qui maîtrise la lecture. (soit moins de 50%)

 

 

Salauds de Patrons !

 

 

Ils payent des cours de tennis à leurs enfants, des cours d'équitation, des cours de musique et leur font savourer les plats traditionnels de nos montagnes lors des séjours de ski à Megève à Courchevel si ce n'est à Gstadt ou Zermatt.

 

 

Salauds de Patrons !

 

 

 

mais au fait qu'en est il de ces 20 milliards de CICE et des 42 milliards d'euros si injustement accordés?

 

 

en ont ils vu les premiers centimes d'euros?

 

 

dans l'hypothèse d'une réponse négative nous aurait on trompé et ce malgré nous?

 

 

Posté par gillesgamba à 18:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

"SALAUDS de PATRONS"

 

à écouter les socialistes, l'état aurait déjà fait cadeau aux PATRONS de 20 milliards avec le CICE et près de 42 milliards avec le pacte de responsabilité

 

 

fabuleux cadeaux fait au Patronat qui devait lui permettre d'enrayer l'explosion du chômage en France.

 

juste retour équitable de ces mesures qui coûteront tant au peuple.

 

 

Or que font ils?

 

 

RIen et pire ils n'embauchent plus devenant ainsi les seuls responsables (selon les bons socialistes) de la situation économique et de la misère du pays en refusant au peuple son droit le plus élémentaire avoir un travail rémunéré qui permette au salariés sa dignité et l'assurance de pouvoir élever sa famille.

 

 

Devant une telle 'barbarie" un tel incivisme , le patronat refuse ainsi idéologiquement le socialisme et se rend coupable aux yeux des "pauvres" travailleurs de la pire indécence, contraindre l'ouvrier au chômage de masse et à sa conséquence la misère de ses enfants.

 

 

Qu'ils partent tous comme le disait avec vigueur le" Brave " Mélanchon,

 

 

certains l'ont fait (Salauds de patrons) privant ainsi le pays de leurs compétences mais pire en allant créer des entreprises à l'étranger . volant ainsi ce qui revient de droit aux ouvriers Français leur propre travail.

 

 

Salauds de patrons!

 

 

comme l'expliquait doctement le gros bourgeois MARX en 1848, rien n'a changé dans l'exploitation du peuple par les Bourgeois.

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/03/29/la-mondialisation-actuelle-expliquee-par-marx-en-1848.html

 

 

Comme l'explique maintenant certains socialistes, les patrons vont attendre tranquillement 2017 et le retour de la droite au pouvoir pour enfin remplir leur devoir citoyen, assumer leurs responsabilités en créant des emplois pour tout le monde salarié.

 

 

Salauds de patrons!

 

 

Ils se contentent de vivre au ralenti, assurés de toujours gagner suffisamment pour leurs besoins personnels et ceux de leurs familles contrairement aux pauvres salariés qu'ils maintiennent dans le chômage et la misère.

 

 

 

Salauds de patrons.

 

 

Ils désertent l'école de la république en isolant leurs enfants de ceux vulgaires du peuple. Ils financent à outrance des heures de cours personnels supplémentaires afin que leurs enfants maintiennent le niveau d'excellence qui était le leur et qui débouchera tous le savent vers la sélection impitoyable des classes préparatoires aux grandes écoles. (désormais interdites aux fils d'ouvriers moins de 7% alors qu'ils étaient 37% en 1955 avec les bourses)

 

 

Salauds de Patrons!

 

 

Ils financent les voyages dans le monde entier de leurs progénitures, qui devant la nécessité de ces voyages maîtrisent plusieurs langues à l'oral, contrairement aux enfants du peuple qui ne découvrent le monde qu'au travers des voyages des romans de Jules Vernes du moins pour ceux qui maîtrise la lecture. (soit moins de 50%)

 

 

Salauds de Patrons !

 

 

Ils payent des cours de tennis à leurs enfants, des cours d'équitation, des cours de musique et leur font savourer les plats traditionnels de nos montagnes lors des séjours de ski à Megève à Courchevel si ce n'est à Gstadt ou Zermatt.

 

 

Salauds de Patrons !

 

 

 

mais au fait qu'en est il de ces 20 milliards de CICE et des 42 milliards d'euros si injustement accordés?

 

 

en ont ils vu les premiers centimes d'euros?

 

 

dans l'hypothèse d'une réponse négative nous aurait on trompé et ce malgré nous?

 

 

Posté par gillesgamba à 18:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,

13 octobre 2014

 

Quel est l'avenir de cet état islamiste qui se réclame du CALIFAT ?

 

La montée en puissance de cette nouvelle organisation née en IRAK dès 2003 pour lutter contre les envahisseurs US et Anglais inquiète les occidentaux et leurs alliés inféodés. (monarchies pétrolières)


 

Constituée à l'origine avec le soutien des tribus sunnites, cette organisation avait été chassée d'iRAK en raison de ses exactions pour rejoindre la SYRIE.


 

de retour en IRAK, encadrée par les anciens cadres de la garde de Saddam Hussein, elle est considérée par les tribus sunnites comme le bras armé de sa lutte contre le pouvoir chiite qui les a marginalisés (voir massacrés) depuis 10 ans.


 

Son retour et surtout son acceptation au sein des populations majoritairement sunnites sont la conséquence directe de l'intransigeance chiite de l'ancien premier ministre IRAKIEN. (soutenu par l'IRAN )


 

En conséquence aucune perspective politique ne peut être envisagée aujourd'hui.

 

 

Le retour des populations sunnites au sein d'un IRAK CHIITE est une vue de l'esprit voir une MANIPULATION comme le savent d'ailleurs les USA.

 

 

Non seulement les KURDES souhaitent leur autonomie renforcée et plus encore leur indépendance, de même les tribus sunnites aspirent à leur propre indépendance et à la création d'un nouvel état sunnite à cheval entre le nord de l'IRAK et le nord de la SYRIE.

 

souhait certainement contraire aux accord syke Picot élaborés pour les seuls intérêts de l'ANGLETERRE et la FRANCE à l'issue du premier conflit mondial.

 

Refuser d'accepter cette évidence en souhaitant dé solidariser EI des tribus sunnites est une manipulation perverse contraire aux intérêts des SUNNITES.


 

il est évident que si ces "terroristes" vivent au sein de ces populations Sunnites comme des poissons dans l'eau " selon la vieille formule de MAO, les priver de ce soutien devient l'objectif stratégique prioritaire de leurs adversaires.

 

minorer cet aspect des réalités c'est de fait NIER l'évidence à savoir qu'en plus des actions terroristes inacceptables de cette bande de pillards, il existe en parallèle une véritable guerre civile d'indépendance du peuple Sunnite qui représente encore 23% de l'ensemble de la population IRAKIENNE.

 


 

Alors que faire et surtout comment prévoir les différents scénari possible?


 

1/ cette organisation dispose à l'évidence d'une véritable armée. relativement bien équipée et surtout remarquablement encadrée (par les ex cadres sunnites de la garde de Saddam HUSSEIN)

 

leurs modes d'action rendus possibles par un encadrement nombreux et de grande valeur les conduisent à mener face à des forces conventionnelles "la non bataille"

 

à savoir de multiples actions totalement décentralisées qui répondent cependant à une organisation ( planification) d'ensemble conduite par un véritable état major, remarquablement renseigné, capable dès lors de coordonner l'action de chacune des unités placées sous ses ordres.
 
Pour ce faire comme du temps de TITO en ex Yougoslavie, ils ont déjà constitué de multiples stocks d'armes et de munitions sur l'ensemble du théâtre neutralisant ainsi toute efficacité des seules frappes aériennes sur les dépôts logistiques.

 

ils disposent de moyens financiers relativement importants ce qui leur assurent durant de longs mois (voir des années) leurs capacités logistiques.

 

Ils se déplacent en petites unités très mobiles et recherchent systématiquement l'imbrication dès le contact.

 

leurs zones d'engagement de prédilection étant les villes afin de mener un combat en localité à savoir le plus meurtrier vis à vis de leurs adversaires connaissant le concept du "zéro Kill " en vigueur au sein de toutes les armées occidentales.

 

2/ ils savent que leurs adversaires actuellement présents à terre, ne détiennent pas des capacités suffisantes pour s'opposer à leur avance.

 

ils savent également que les occidentaux ou du moins leurs dirigeants ne peuvent prendre le risque d'engager des hommes au sol, au risque d'accepter les dures lois de la guerre à savoir des pertes aussi considérables que celles qu'ils leur infligeront.

 

Ils savent également que la formation des cadres dirigeants d'une armée pour être efficace imposera plusieurs années pour disposer du volume suffisant à l'encadrement des unités et plus encore à l'armement des états majors.
 
le déploiement d'états majors armés par des occidentaux imposerait alors l'engagement d'unités importantes de protection avec les risques non acceptables définis ci dessus.


 

3/ ils disposent déjà (lire document wiki pedia ci dessous) d'un embryon d'organisation administrative, en levant les impôts, en assurant les services publics minimum et vitaux pour la population qu'ils encadrent (avec le soutien sans faille des tribus sunnites)


 

4/ ils disposent donc logiquement d'un délai de 6 mois minimum pour atteindre leurs objectifs. délais nécessaire au déploiement logistique d'une coalition capable de les affronter avec quelques chances de succès.( sous condition d'accepter au préalable l'engagement à terre)


 

5/ dans l'hypothèse d'un début de déploiement des bases logistiques de la coalition, ils auront alors tout intérêt à ouvrir un second voir un troisième front dans la région.


 

Le pire des scénario (cependant étudié depuis des mois) serait l'obligation fait à ISRAËL de s'engager dans ce conflit.

 

En effet ISRAËL a déjà indiqué que toute approche de la JORDANIE imposerait un engagement de tsahal, de même que toute frappes massives provenant du HESBOLLA au LIBAN. (100 000 missiles dont certains de deux tonnes ont déjà été recensés par le MOSSAD.

http://www.metronews.fr/info/l-etat-islamique-la-progression-qui-inquiete-israel-et-les-monarchies-du-golfe/mnia!zBAARYVPcToSA/

 

 
l'intérêt de contraindre ISRAËL à riposter et donc à s'engager dans cette guerre,aurait un double ou triple avantages pour ce "Califat"


 

d'une part la création d'un second front capable alors de coaguler toute la haine des peuples du moyen orient contre cet état et les USA et globalement le monde occidental. menace qui ferait alors peser un risque énorme pour le maintien de tous les dirigeants politiques des états Arabes participants à la coalition.

 

Obliger TSAHAL à engager des forces terrestres (de fait vulnérables ) en SYRIE et au LIBAN

 

D'autre part créer les conditions d'un éclatement de la coalition en particulier en obligeant l'IRAN à soutenir non seulement les chiites IRAKIENS, mais pire le HEZBOLLAH, créant ainsi les conditions d'un affrontement avec les USA et les conséquences prévisibles sur le règlement politique ultérieur du sud IRAK dans l'hypothèse d'un éclatement et partition de ce pays.

 

Napoléon avait coutume de dire qu'il ne faut jamais sous estimer un adversaire surtout l'intelligence de ses chefs. il ne suffit jamais de gagner une bataille, mais comme disait Washington de savoir ce qui se passera demain derrière la colline.

 

 
Cette guerre en apparence limitée peut se propager dans tout le moyen orient non plus avec les perspectives du concept d'un CLAUSWITZ mais pire avec celles d'UN LUDENDORFF

 

"der totale KRIEG"
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_totale
http://fr.wikipedia.org/wiki/Erich_Ludendorff

 


 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

ANNEXES liens wiki pedia


 

organisation et historique sur wikipedia:
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tat_islamique_(organisation)


 

organisation politique (wiki)

 

 

Les documents analysés par Hisham al-Hashimi ont également permis une meilleure connaissance de l'organisation interne du groupe[155]. Autour d'Abou Bakr al-Baghdadi, sept hommes composent le « gouvernement » de l'État islamique en Iraq et au Levant :

 

  • Abou Abdul Kadr (Shawkat Hazem al-Farhat), chargé de l'encadrement ;
  • Abou Mohamed (Bashar Ismail al-Hamdani), chargé des prisonniers ;
  • Abou Louay/Abou Ali (Abdul Wahid Khutnayer Ahmad), chargé de la sécurité ;
  • Abou Salah (Muafaq Mustafa Mohammed al-Karmoush), chargé des finances des provinces irakiennes ;
  • Abou Hajar al-Assafi (Mohammed Hamid al-Duleimi), chargé de la coordination entre les provinces et courrier ;
  • Abou Kassem (Abdullah Ahmed al-Meshedani), chargé de l'accueil des combattants arabes et étrangers, notamment de leur logement, et peut-être du transport des kamikazes ;
  • Abou Abdul Rahman al-Bilawi (Adnan Ismail Najem Bilawi), ancien capitaine de l'armée irakienne sous Saddam Hussein, chef du conseil militaire pour les provinces irakiennes ; tué le 5 juin 2014 à Mossoul.

 

Deux adjoints se partagent les affaires syriennes et irakiennes :

 

  • Abou Ali al-Anbari, ancien général de l'armée de Saddam Hussein sans doute originaire de Mossoul, chargé des opérations en Syrie ;
  • Abou Muslim Al-Turkmani (Fadel Ahmad Abdullah al-Hiyali), chargé de la gestion des provinces irakiennes, sous l'autorité duquel se trouvent les six gouverneurs :
    • Abou Nabil (Wissam Abed Zaid al-Zubeidi), gouverneur de la province de Salah ad-Din ;
    • Abou Fatma (Nena Abed Naif al-Jubouri), gouverneur de la province de Kirkouk ;
    • Abou Fatma (Ahmed Mohsin Khalal al-Jihaishi), gouverneur de l'Euphrate central et méridional ;
    • Abou Jurnas (Rathwan Talib Hussein Ismail al-Hamduni), gouverneur des zones frontalières ;
    • Abou Abdul Salem/Abou Mohammed al-Sweidawi (Adnan Latif Hamid al-Sweidawi), ancien lieutenant-colonel de l'armée de Saddam Hussein, gouverneur de la province d'Anbar et membre du conseil militaire ;
    • Abou Maysara (Ahmed Abdul Kader al-Jazza), gouverneur de la province de Bagdad.

 

Existe également un conseil de guerre, composé de trois membres :

 

  • Abou Shema (Fares Reif al-Naima), chargé des magasins ;
  • Abou Suja (Abdul Rahman al-Afari), originaire de Tall Afar, chargé des affaires des martyrs et des femmes ;
  • Abou Kifah (Khairy Abed Mahmoud al-Taey), chargé des attentats par engin explosif improvisé (EEI/IED).

 

Structure de l'« État » ( cf wikipedia)

Progressivement, alors que l'organisation occupe « un territoire grand comme la Jordanie » et poursuit sa progression militaire dans le Kurdistan syrien, les djihadistes jettent les bases institutionnelles « d'un véritable État »[168], avec des structures de gouvernement et de personnalités dirigeantes bien définies.

D'un point de vue politique, le « califat » fondé par l'État islamique est dirigé par Abou Bakr al-Baghdadi, qui s'est attribué le titre de « calife Ibrahim ».

« [Chef] religieux et politique du territoire de l’EI », al-Baghdadi est à la fois à la tête du pouvoir exécutif et du pouvoir judiciaire. Il est secondé par deux anciens généraux irakiens : « Abu Muslim al-Turkmani, qui régit les opérations en territoire irakien, et Abu Ali al-Anbari, qui s’occupe du territoire syrien ». Le pouvoir exécutif comprend également un « cabinet », qui « conseille al-Baghdadi à propos des décisions de l’État » dont la composition reste méconnue.

Pour l'exercice du pouvoir judiciaire, le calife est appuyé par un « conseil consultatif »[169].

Il n'y a pas de pouvoir législatif, au sens d'institutions politiques établies discutant et votant des lois (Assemblée, Sénat, Parlement), l'État islamique considérant que « la loi islamique est la seule loi applicable »[169].

Au plan administratif, l’État islamique dispose de réelles « structures [administratives et] bureaucratiques ». Il se divise en « sept vilayets, ou provinces », sorte de « comités locaux »[168], avec à leur tête des gouverneurs. S'appuyant à leur tour sur des dirigeants locaux, et sur « les populations sunnites délaissées par le gouvernement précédent d'al-Maliki »[168], ils assurent le maintien des services publics et de l'ordre quotidien (« bureau de poste, […] contraventions de stationnement »…). Ainsi, selon le Huffington Post, si l'État islamique ne peut être considéré comme un « État légitime », « [avec] son nombre de conseils en charge des finances, des stratégies média et de l’action militaire, c’est une société civile semi-fonctionnelle qui impose des lois brutales et sévères à toute la population »[169].

D'un point de vue de ses structures budgétaires, les ressources de l'organisation étant devenues progressivement indissociables des territoires et des populations qu'elle contrôle, on peut parler de revenus et de trésorerie proto-étatiques. En pratique, l’État islamique dispose sur son territoire « de leviers financiers récurrents »[168] ne dépendant que de lui, « avec la prise de contrôle de puits de pétrole, de succursales de la Banque centrale, de villes importantes comme Mossoul, forte d'un million d'habitants, et aussi et surtout en commençant à prélever des impôts, en l’occurrence des taxes sur les minorités chrétiennes »[168].

En dépit des ces structures institutionnelles, du strict point de vue du droit international, l’État relevant de l'organisation EIIL « reste en gestation ». Bien qu'il contrôle ou revendique un territoire précis correspondant à la zone de peuplement sunnite d'Irak et de Syrie, il lui manque « des frontières reconnues par l'ONU et la communauté internationale, [...] la possibilité de frapper monnaie, [...] et le pouvoir de délivrer des papiers d'identité. »[168]

Il fait partie des États non reconnus internationalement

L'état ISLAMISTE ses dirigeants ses objectifs:

http://www.alwihdainfo.com/L-Etat-Islamique-ses-dirigeants-et-ses-objectifs_a12920.html

israël jordanie liban et l'état islamiste

http://www.metronews.fr/info/l-etat-islamique-la-progression-qui-inquiete-israel-et-les-monarchies-du-golfe/mnia!zBAARYVPcToSA/

formation des cadres de l'état islamiste par les USA la FRANCE et l'angleterre

http://www.nouvelordremondial.cc/2014/06/19/les-etats-unis-ont-forme-leiil-dans-une-base-secrete-de-jordanie/

 

Posté par gillesgamba à 01:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2014

 

4° conférence du chef de l'état. un point majeur la reconnaissance enfin que la croissance est nulle et qu'elle le restera longtemps.


or tout l'avenir de l'économie du pays repose sur le seul pacte de responsabilité. cette dernière bouée de sauvetage existe t elle ailleurs que dans l'esprit de nos dirigeants socialistes ?

 

ceci est peu probable, car ce n'est pas le MEDEF qui détient la clé de sa mise en oeuvre mais essentiellement les PME affiliées à la CGPME et dont les intérêts n'ont rien de commun avec ceux des grands groupes.

 

En clair après avoir étouffé les entreprises en augmentant de 40 milliards par an les charges qui pèsent sur elles, leur proposer pour demain un rendu de ces impôts à l'horizon 2017 au mieux si l'état se montre capable d'économiser cette somme sur l'ensemble des dépenses du pays soit en fait toutes dépenses confondues près de 1250 milliards par an ,

 

dont 600 pour la seule sécurité sociale,

 

400 pour le budget de l'état
 
et 250 pour les budgets des collectivités territoriales.


 

or en quoi consiste ce pacte de responsabilité ou de confiance?

 

Pacte qui vient remplacer l'échec de l'usine à gaz du CICE . 20 milliards annoncés pour les 3 millions d'entreprises que compte encore la FRANCE, alors que moins de 20 000 ont pu en bénéficier pour un total de 7 milliards (soit 34% de la somme annoncée en communication) avec comme entreprises majoritairement bénéficiaires, la POSTE, ORANGE et la grande distribution pour plus de 80% des montants alloués.

 

Or si le pays compte 6 millions de fonctionnaires, 5 millions d'adhérents à pôle emploi et 3 millions de petits patrons, il ne reste qu'à peine 13 millions de salariés du privé sur un total de 27 millions de personnes que compte la population active du pays.

 

( avec il faut le dire 95% de recrutements actuels en CDD en 2013 , mais 3 millions d'empois à temps partiels qui concernent 90% de femmes, 3 millions d'emplois en CDD et près d'un million d'emplois en interim, ce qui se traduit en fait sur les 13 millions d'emplois salariés du privé,
 
moins de 6 millions seulement d'emplois résiduels en CDI complet alors qu'ils représentaient 99% des contrats en 1970 )

 

or la France présente une anomalie structurelle au sein de l'OCDE. Notre pays ne compte pas d'entreprises de taille intermédiaire.


 

En effet sur les 3 millions d'entreprises qui existent encore en FRANCE:

 

99% du total emploient moins de 50 salariés. (dont 96% moins de 19 et 93% moins de 9, 84% moins de 4 et 67% sans aucun salarié)

 

il n'existe en France qu'à peine 30 000 entreprises de plus de 50 salariés c'est à dire le nombre exact de comités d'entreprises.
 
Mais plus grave encore sur ces 30 000 entreprises la France ne compte que moins de 1800 entreprises de plus de 500 salariés (dont celles du CAC 40)


 

et moins de 5000 emploient au moins 250 salariés. et surtout à peine 700 entreprises cotées en Burse au premier et second marchés.


 

Or ce que les Français se refusent à savoir réside dans ces chiffres:

 

84% des emplois privés se concentrent dans les petites entreprises de moins de 49 salariés, c'est à dire la quasi totalité des patrons (99%) dont les revenus moyens atteignent à peine 6000 € par mois si loin des extravagances des salaires des salariés PDG des grands groupes souvent dénoncés (à juste titre sans doute) par la gauche idéologique en oubliant volontairement de prendre en compte la réalité des patrons Français dont les revenus moyens sont parmi les plus bas de l'OCDE avec 6000 € mensuels.
 
c'est à dire 14 800 000 emplois sur un total de 16 millions.

 

De ce fait constatable par tous dès lors que nous acceptons de prendre en compte la réalité, les seuls gisements de créations d'emplois se situent uniquement au sein des PME et non dans les fonctions publiques pléthoriques (6 millions de fonctionnaires dont 2 500 000 ont déjà été recrutés depuis 1983 essentiellement déjà pour faire face au chômage de masse par les anciens gouvernements socialistes de Mitterand)
 
recrutements abusifs qui pèsent d'ailleurs depuis sur la constitution de la dette du pays en raison de l'obligation faite de faire des crédits pour simplement assurer les salaires de ces personnels.


 

(petit rappel historique la fonction publique représentait en 1900 1% seulement de la population active, 7% à l'issue de la première guerre mondiale, 14% à l'issue de la seconde pour dépasser 23% en 2014 alors que tous les pays de l'OCDE ont réduit de manière drastique leurs effectifs comme au Canada et tous les pays nordiques)


 

mais pour anticiper l'échec inévitable du nouveau"jouet" politique du gouvernement provisoire de la FRANCE, il faut se concentrer exclusivement sur les PME à savoir les 99% des entreprises Françaises et leurs 14 800 000 emplois privés.

 

80% de leurs activités relèvent des services, à peine 5% du primaire (agriculture incluse à hauteur de 3%) et seulement 15% du secondaire c'est à dire le tissus industriel.

 

mais depuis les mises en faillite voulues par le gouvernement socialiste de Mauroy de 1981 à 1984 (près de 600 000 entreprises détruites qui n'ont depuis jamais été reconstituées depuis)

 

les Chefs d'entreprises ou entrepreneurs se sont adaptés.


 

En effet afin d'éviter la saisie de leurs biens, aucun patron n'est aujourd'hui propriétaire de ses locaux. ni de de ses véhicules, ni de son parc informatique; Pire encore pour ne pas à avoir à licencier ses personnels en cas de rétraction de ses commandes, de nombreuses fonctions ont été externalisées.

 

c'est ainsi que les comptables sont fournis par un cabinet extérieur, que les personnels supplémentaires à la production seront issus des cabinets d'interim , de même parfois les forces de vente et que la totalité des recrutements seront effectués depuis en CDD (dispositif au passage créé par Martine AUBRY à priori socialiste)


 

Mieux encore en ce qui concerne les société innovantes les brevets ne sont plus jamais déposés en France mais principalement à l'étranger afin d'échapper en cas de faillite à une saisie légitime si ces innovations appartenaient à l'entreprise.

 

les brevets faisant ainsi l'objet d'un dé couplage avec création d'une autre structure à l'étranger et donc l'utilisation sous licence de ces produits.


 

dans ces conditions, les patrons actuels ne disposent que de leurs clientèles (le plus souvent captives) et donc peuvent à tout moment quitter le territoire national afin de poursuivre leurs activités hors de France. l'essentiel de leurs entreprises reposant exclusivement sur leurs épaules et leurs seules compétences .

 

Or seules ces entreprises pourraient si elles le décident créer les millions d'emplois qui font tant défaut aux Français.

 

essayons de comprendre pourquoi elles ne le feront jamais condamnant par avance à l'échec le projet du gouvernement provisoire de la FRANCE.

 

la communication gouvernementale comme la gauche idéologique parlent depuis près d'un an, d'un cadeau de 40 milliards fait aux exploiteurs du peuple que sont toujours les méchants patrons dans l'imaginaire de gauche.

 

Qu' en est il? chacun devrait avoir la décence de reconnaître que pas un seul centime d'euro n'a à ce jour été accordé aux chefs d'entreprises.
 
même si la gauche bien pensante amalgame les 40 milliards d'euros accordés en dividendes aux nouveaux propriétaires de nos grands groupes (700 entreprises cotées en bourse sur 3 millions) en se gardant bien de préciser au peuple ignare (pas totalement illettré comme le qualifie le jeune Macron) que c'est la gauche avec fabius qui a autorisé la vente des actions de nos grands groupes et leur contrôle aujourd'hui par des fonds de pension qui représentent des retraités qui font fructifier leurs économies pour vivre.

 

Or à supposer que ce pacte soit mis en place, les premières exonérations financières ne pourront avoir lieu au plus tôt qu'en 2017.

 

attardons nous sur le montant moyen que cela représenterait pour une entreprise de 40 personnes. avec un chiffre d'affaires de 5 à 8 millions d'euros et une masse salariale d'environ 3 millions d'euros.

 

 
tout au plus 200 000€ en régime de croisière c'est à dire d'ici 2018.

 

certes ce ne sont pas des miettes, mais cela représente à peine 5 salaires chargés à 2000€ 2500€ mensuels.

 

Or le développement d'une entreprise repose sur la vente de ses produits, en toute logique le staff , patron et dirigeants de l'entreprise investiront ces modestes sommes en recherche développement afin d'assurer la pérennité de la vente de leur produits les années suivantes en les adaptant à la concurrence et surtout aux besoins de leurs clients.

 

dans l'hypothèse probable où d'ici 2020, les ventes de cette entreprise augmenteraient alors les créations d'emplois conséquence logique deviendraient d'actualité c'est à dire au mieux en 2020 et pas avant.


 

mais riches de l'expérience des patrons de PME de 1981 à 1986, aucun de ces patrons embaucheront au sein de leurs entreprises en CDI. Tout au mieux en CDD ou en interim exclusivement,

 

Qu'aurait il fallu faire alors pour créer le choc dit de compétitivité impossible à imaginer pour la gauche et donc impensable à mettre en oeuvre.


 

sans doute injecter près de 100 milliards d'euros immédiatement. comme préconisé par le MEFEF en fait en prenant le % des charges 58% du PIB qui pèsent sur l'appareil productif Français ce serait en toute logique 8 points de PIB pour ramener la FRANCE aux standards de l'OCDE c'est à dire 160 milliards. ( inimaginable dans la conjoncture du pays)


 

pour l'entreprise prise en exemple cela représenterait alors près de 500 000 € injectés immédiatement. mais cela serait encore insuffisant.


 

la crainte de l'embauche et surtout le franchissement des seuils sociaux obligeraient encore ces patrons à éviter l'embauche en CDI.

 

Que faudrait il logiquement faire qu'un gouvernement de gauche ne peut même pas imaginer ?
 
1/ injecter 100 milliards maintenant et non dans 4 ou 5 ans


 

2/ pour ce faire; porter la TVA de 21 à 25% soit 4 points de 6 milliards (24 milliards)

 

augmenter la CSG de 4 points soit 75 milliards

 

3/ supprimer les 35 heures et revenir aux normes européennes négociables exclusivement au sein même des entreprises.
 
4/ modifier les seuils sociaux 10 à 25 et 50 à 150, avec il est vrai la disparition de près de

 

15 000 comités d'entreprises existants à ce jour sur les 30 000 à peine que compte le pays.

 

5/ en contrepartie accorder aux syndicats la gestion des complémentaires santé afin de réaliser une syndicalisation à 100% de monde salarié.


 

6/ autoriser le licenciement aux chefs d'entreprise en accord avec leurs carnets de commandes, (à noter que les PME Françaises ne disposent que de 80% de leurs effectifs souhaitables selon l'OCDE soit en gisement près de 3 millions d'emplois non pourvus)


 

7/ instituer la participation obligatoire au sein de toutes les entreprises installées ou commerçant sur le territoire national soit 15 à 20% des bénéfices générés (comme l'avait demandé le général de GAULLE en 1969 cause de son départ )


 

8/ regrouper les PME par branche et créer des représentant syndicaux pour toutes les PME quelque soit leur taille (gestion de la participation, gestion des crédits de formation professionnelle, etc.. etc...)

 

 
Cette révolution mentale et pourtant salutaire et indispensable est inimaginable pour la gauche. En conséquence rien ne pourra se faire et le chômage continuera à croître de manière inexorable jusqu'à la fin du gouvernement provisoire de la FRANCE.

 

 
pacte de confiance le nouveau mirage socialiste

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/06/18/le-pacte-de-confiance-ou-le-nouveau-mirage-socialiste-534896.html


 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/07/11/les-100-jours-de-manu-ou-hollande-a-t-il-tout-faux-536856.html


 

la ruse imposée à Hollande
 
http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/07/11/les-100-jours-de-manu-ou-hollande-a-t-il-tout-faux-536856.html

 

La débâcle socialiste c'est maintenant

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/09/18/la-debacle-socialiste-c-est-pour-quand-542309.html

 

Posté par gillesgamba à 17:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

16 août 2014

IRAK le retour forcé de l'armée des USA ou alors celle de l'IRAN

 

IRAK : le retour prochain de l'armée des USA ou bien celle de l'iran

suite de la dernière fiche du blog

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/08/14/irak-le-chainon-manquant-pour-comprendre-539501.html

Le renversement possible des Chiites au pouvoir en IRAK inquiète autant les USA que l'IRAN.

 

En effet la prise de BAGDAD possible à court terme par les SUNNITES du parti BASS et leurs alliés de circonstance que sont les djihadistes pourrait se traduire par:
1/ La perte de la manne pétrolière actuellement sous contrôle des compagnies américaines mais pire encore la vente demain de ce pétrole à la CHINE .

 

2/Pour l'IRAN un renversement du contrôle des Chiites sur le pays les priverait d'un glacis défensif face à l'ennemi historique qu'est depuis toujours le monde arabo musulman Sunnite sous l'égide de l'ARABIE Saoudite et des monarchie pétrolières toutes inféodées aux USA.

 

Interdire aux sunnites du parti BASS le retour au pouvoir par un coup d'état devient donc l'objectif tactique commun. (c'est à dire à court terme mais qu'en est il des objectifs stratégiques?)

 

Enrayer la marche au pouvoir des sunnites actuellement camouflés derrière l'état islamiste ne peut s'effectuer qu'avec une intervention militaire certes proportionnée mais d'abord suffisante.
 
Comme vient de l'annoncer le Président OBAMA lui même nous devons défendre "nos propres intérêts dans cette partie du monde " déclaration qui replace le terme de "génocide éventuel" au second plan des motivations d'aide circonstanciée aux KURDES face "aux fous de dieu" de l'état ISLAMISTE.
 
Armer aujourd'hui les KURDES avec des armes lourdes comme le fait la France n'est pas sans risque demain si les Sunnites reprennent le pouvoir.
or quel mandat pourra demain être accepté par les CHINOIS et les RUSSES ?
Aucun comme tous le savent.
Pour défendre "ses" intérêts les USA devront donc contenir les forces Sunnites du parti BASS hors de portée de BAGDAD
 
cela est il possible sans l'engagement massif de troupes au sol ?
Nous pouvons en douter car ces derniers sont aux portes de la capitale, tous les regards de la communauté internationale étant rivés sur le déroulement des atrocités qui se déroulent dans le nord est du pays.
 
face à la terreur et aux massacres commis par les extrémistes des rebelles, le conseil de sécurité ne vient il pas de condamner (seulement ) dans un premier temps ces "hordes sanguinaires" ouvrant ainsi la porte à une éventuelle possibilité non seulement de frappes aériennes mais plus encore à une intervention militaire sous l'égide de l'ONU. (sans réel mandat cependant en raison du véto certain Chinois et RUSSE)
Il semble donc évident que les USA soient dans l'obligation d'intervenir rapidement au risque sinon de voir leur allié tactique intervenir à leur place avec les conséquences stratégiques impensables pour les USA.
 
imaginons en effet que la réaction trop tardive des USA se traduise par la prise du pouvoir par le parti BASS au cours des prochaines semaines.( lire le compte rendu de la conférence du sénateur Mac Cain très critique à l'égard du président OBAMA)

 

dans ces conditions le nouveau pouvoir aura pour seul objectif la reprise du contrôle de son territoire national à savoir le sud vers Bassorah (provinces à majorité CHIITES) mais également le nord est à savoir la province KURDE.
dans ces conditions l'intervention de l'Armée IRANIENNE en protection des populations chiites ne peut être exclue des spéculations de l'état major US.

 

Comme aux échecs le second et le troisième coup risqueraient de mettre les USA en échec et mat.

 

Imaginons l'intervention de l'IRAN en IRAK sous couvert de protéger les populations CHIITES face aux hordes sanguinaires qui accompagnent le parti BASS dans sa reconquête des provinces sud du pays?

 

imaginons la suite des combats IRAK IRAN du temps de Sadam HUSSEIN et du grand guide IRANIEN
 
qui se souvient encore des millions de morts suite à cette guerre de plusieurs années financée par l'OCCIDENT et le monde arabo Musulman Sunnite contre l'IRAN?

 

Imaginons les conséquences du contrôle de ce pays par l'IRAN inévitable si ce pays intervenait dans la défense des populations chiites qui risqueraient de se faire massacrer.
 
Imaginons alors la menace réelle qui péserait alors sur l'ARABIE SAOUDITE et toutes les monarchies pétrolières du GOLF sans omettre ISRAËL qui se retrouverait de facto à moins de 500 km de son ennemi potentiel?

 

 

Posté par gillesgamba à 20:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

24 mai 2014

avenir de la FRANCE en 2020 aide toi le ciel t'aidera

trois ans après la publication de cette note, nous avons enfin un ministère d redressement productif mais pour quoi faire?

 

certes la banque d'investissement au profit exclusif des PME vient de voir le jour, mais comme une belle voiture de course sans essence quels peuvent être les résultats? sans oublier que plus de 5 ans seront toujours impérativement nécessaires à l'éclosion d'une nouvelle entreprise et donc au recrutements de salariés.

 

par ailleurs avec l'exclusion définitive d'une nombre impressionnant de futurs créateurs d'entreprises innovantes depuis mai 2012, quelle sera la finalité de cette banque si les futurs patrons se sont tous exilés du moins pour les meilleurs , (32% de baisse de créations d'entreprises innovantes en une seule année depuis mai 2012 ?)

 

une des causes de l'explosion du chômage de la FRANCE au cours des 4 prochaines années trouvent une part de sa réponse dans " l'expulsion organisée par le gouvernement "de ces créateurs d'emplois qu'ils auraient pu devenir s'ils n'avaient pas été contraints de s'expatrier..

 

taxer les riches à 75% pourquoi pas? mais taxer par avance ceux qui n'ont pas encore pris le départ quelle absurdité! dont nous commençons seulement à vivre pour certains les conséquences. (40 000 chômeurs de plus fin avril 2013 et combien fin mai et d'ici la fin de l'année ? sans doute près de 4 millions ?

 

 

Rappel d'une note vieille de trois ans du 04/11/2010

 

France, la prospérité est possible en 2020

POURQUOI la FRANCE peut et doit s'en sortir d'ici 2020?

 

La FRANCE représente moins de 1% de la population du monde et son PIB est approximativement de 2500 milliards de $ par an soit sur les 60 000 milliards de $ du PIB mondial c'est à dire: près de 5%.

Certes depuis 1974 nos budgets sont en déficit chronique avec une accélération en 1981 due au recrutement massif de deux millions de fonctionnaires supplémentaires, mais également et surtout depuis l'ouverture des noyaux durs du capital de nos rares grandes entreprises aujourd'hui toutes contrôlées par des fonds étrangers (merci fabius)

Mais l'avenir est devant nous en effet la France contrairement à ses concurrents est encore un pays agricole. 3% de la population active mais second pays agricole du monde.

Nous ne disposons pas de grandes entreprises en volume suffisant ceci est une évidence, avec 99% de nos trois millions d'entreprises qui emploient moins de 50 salariés dont 96% en comptent moins de 19 et 84% moins de 4.

Notre marge de progression est donc énorme si le pouvoir politique accepte de prendre en compte cette réalité que les historiens connaissent tous et qui explique déjà le retard de la France à se relever de la crise de 1929.

Moins de 700 entreprises sont cotées en bourse (696 exactement) moins de 2000 entreprises comptent plus de 500 salariés soit au passage le même volume que dans chacun des lands Allemands.
Quand la France comptera non pas 30 000 entreprises de plus de 50 salariés
mais 300 000c'est à dire à l'identique de tous nos voisins alors l'avenir deviendra radieux car ceci nous permettra alors d'aborder enfin l'export avec des chances certaines d'y faire notre place.

à titre de comparaison l'Allemagne accompagne 30 000 nouvelles entreprises chaque année à l'export, entreprises qui toutes comptent plus de 200 salariés au moins;
En france avec nos 30 000 entreprises de plus de 50 salariés ceci est impossible même si les gouvernements tentent de le faire depuis 1996 avec au passage deux fois plus de fonctionnaires qu'en Allemagne avec les résultats connus de tous.
180 milliards d''excédents en ALLEMAGNE
pour 60 milliards de déficit en FRANCE.
 
Notre commerce extérieur est réalisé à 50% par les entreprises du CAC 40 mais leur capital est aujourd'hui aux mains de fonds de pensions US (depuis 1983 merci fabius) même si elles réalisent 80% du PIB de la FRANCE.

Leurs sièges sociaux ont été dé localisés à l'étranger (ou plus exactement sont devenues des filiales de holdings qui elles sont à l'étranger )afin d'échapper au fisc confiscatoire de notre paysmanque à gagner 27 milliards chaque année (merci Fabius et merci Sarko depuis 1995)

90% de nos échanges sont assurés par 5000 entreprises et le total soit 100% par un peu moins de 125 000 entreprises parfois minuscules mais leaders mondiales dans leur secteur. les 2/3 de nos échanges s'effectuant au passage au sein de la CEE dont 50% avec la seule Allemagne.

Quand nos politiques de droite ou de gauche accepteront d'ouvrir les yeux et que nous ferons comme tous les autres alors tous les espoirs sont permis pour notre pays.

N'oublions jamais que nous avons inventé, la photo, le cinéma, l'aviation et même le PC (la société Prologue aux sud de Paris existe toujours d'ailleurs)

Plus de 50 000 informaticiens travaillent toujours dans la silicone valley et la quasi totalité des chefs de projets sont encore Français;

Quand la France se réveillera et donnera enfin leurs chances aux porteurs de projets notre avenir collectif sera à la hauteur des espérances de notre jeunesse. (création d'une politique réelle d'accompagnement des PME innovantes)

230 000 diplômés d'au moins une licence chaque année, alors que notre tissus économique n'offre en raison de la minuscule taille de nos entreprises que moins de 100 000 postes de cadres en flux annuel. (dont 60 00 sont hypothéqués par les élèves des grandes écoles)

Quand nous disposerons de 300 000 entreprises de plus de 250 salariés alors toutes les compétences de notre jeunesse trouveront leur place dans notre économie (et non plus comme secrétaires au sein des trois fonctions publiques pléthoriques) . un milliards d'exportation crée 15 000 emplois: à méditer quand on sait que la croissance chinoise est de 10% et autant en INDE ou au Brésil.


Certes aujour'hui notre pays est dans une impasse en raison de la faiblesse de nos entreprises, mais d'ici 10 ans tout s'inversera car il n'y a plus d'autre alternative que la gauche ou la droite gouverne le pays,
tous les espoirs sont permis car ils reposent sur nos capacités inventives que notre histoire démontre depuis la conquête romaine.

Posté par gillesgamba à 13:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

23 mai 2014

2014, "ANNUS HORRIBILIS" pour le PS: municipales,européennes et après?

 25 mai au soir le débat surréaliste de nos politiques.

les prévisions données par les sondages semblent déjà se confirmer en Angleterre. les partis euro septiques ainsi présentés par la bien pensante politiquement correcte semblent marquer des points à un niveau que nos soit disant experts se refusent à l'admettre.
Quel sera le bilan dimanche 25 mais au soir?
même un élève de CM2 sachant compter (ce qui reste à démontrer avec 35% des élèves aujourd'hui qui ne savent pas lire ou du moins comprendre ce qu'ils lisent, il est vrai qu'ils ne sont plus que 28% en 6°)
dans l'hypothèse où près de 60% des électeurs inscrits n'iront pas remplir leur devoir civique, le pourcentage résiduel de ceux qui iront voter représentera alors un score rarement atteint.
en effet avec 20% de vote admis pour l'électorat du FN, ce parti pourrait imaginer atteindre 50% des résultats de ceux qui se déplaceront aux bureaux de vote.
le même phénomène pourrait être imaginé pour le parti du front de gauche, ralliant à lui au passage tous les mécontents de la politique actuelle du PS. (moins de 15% qui adhèrent encore à l'action du président HOLLANDE )
Imaginons alors l'inimaginable:
FN 40%
Front de gauche 20%
UMP 15%
PS à moins de 10%
partis divers 15% sur près de 150 listes
Une surprise sans surprise alors ?
http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/05/16/25-mais-une-surprise-sans-surprise-531876.html
bien sûr doctement les experts des perdants nous expliquerons que ce résultat n'est absolument pas représentatif du choix des Français.
le parti des abstentionnistes étant de fait quasi majoritaire en France -60% ?)
mais pourquoi ne s'interrogeront ils jamais sur leur propre responsabilité d'un tel score et d'un tel dégoût de l'action politique qu'ils sont sensés représenter?
faudrait il tout simplement changer de peuple?
peuple ingrat et ignare qui ne comprend jamais rien.

30 janvier 2014

Mon ennemi c'est le monde de la finance, tout le PS doit être content:77% de chute des investissements étrangers en 2013.

Le dernier rapport du CNUCED est encore un mauvais coup du monde de la finance.
les mauvais investisseurs (les salauds de "kapitalistes") à savoir ceux qui placent leurs économies ignorent totalement la FRANCE socialiste en 2013 privant ainsi demain bon nombre de Français d'emplois.
il est comique d'entendre fabius ce matin tirer logiquement les conséquences de ce désastre inévitable,
1/ alléger les charges des entreprises qui pèsent sur le travail et donc l'emploi afin d'améliorer la compétitivité des entreprises à savoir pouvoir vendre leurs produits avec des prix au moins équivalents à ceux de tous les concurrents
2/ baisser les impôts qui pèsent trop lourdement sur les entreprises ce qui les conduit et les obligent à avoir des prix supérieurs à ceux du marché
3/ baisser enfin les dépenses de fonctionnement de l'état (57% du PIB du pays contre moins de 50% pour tout le reste de l'eurtope (soit 140 milliards de trop)
dans ces conditions comment expliquer l'augmentation de 66 milliards d'impôts en moins de deux ans qui font suite à 35 milliards d'augmentation avec fillon?
sur un total de 1460 milliards la France ne récolte plus que5,7 milliards de $
rapport du cnuced les échos
http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0203278134322-attractivite-le-rapport-alarmant-de-la-cnuced-646532.php
Attractivité : le rapport alarmant de la Cnuced
article du monde
http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/01/29/les-investissements-directs-etrangers-en-france-ont-chute-de-77-en-2013_4356172_3234.html
conclusion de moscovici
"Bercy relativise les chiffres de la Cnuced

A Bercy, le rapport de la Conférence des nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) est accueilli sans affolement. Si l’entourage du ministre de l'économie Pierre Moscovici ne nie pas que la France souffre d’un déficit de compétitivité, elle estime également que l’enquête de l’organisation onusienne embrasse un champ de flux très large.

«On se trompe de thermomètre et il faut se garder de toute interprétation hâtive», relativisent les proches du ministre de l’économie et des finances. « Le rapport de la Cnuced ne se focalise pas sur les investissements créateurs d’emplois mais prend tous en compte tous les mouvements financiers. Résultat, des pays non industrialisés se retrouvent très bien classés ». C’est le cas par exemple du paradis fiscal que sont les Iles Vierges Britanniques.

Bercy rappelle que la France demeure pour les investissements qui créent ou sauvegardent des emplois la troisième destination en Europe derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne. L’entourage de M. Moscovici admet néanmoins que 2013 ne sera pas pour une bonne année pour les investissements étrangers. « Il devrait y avoir un repli mais infiniment moindre que celui avancé par la Cnuced ».

Anne Eveno"

en conclusion comme disaient avec humour les polonais du temps du paradis communiste:

"il vaut mieux avoir les miettes des riches que pas de miette du tout"

 

mais alors le MEDEF aurait il raison ?

comme disait melanchon "qu'ils partent tous, aurait il été exaucé?

27 janvier 2014

Le nouveau pacte d'HOLLANDE n'et il pas qu'une grosse ficelle qui ne peut qu'être refusée par le MEDEF ?

Le nouveau pacte de responsabilité proposé au MEDEF par Hollande n'est il pas qu'une grosse ficelle de plus proposée pour gagner le temps du retour de la croissance ?

Cette proposition n'a t elle pas pour seul objectif de balayer la dernière trouvaille de son " futur ex premier ministre" au sujet de la remise à plat de la fiscalité du pays?
Il faut reconnaître au passage que cette idée avait stupéfait bon nombre de dirigeants économiques en faisant totalement oublier la contestation des bonnets rouges.
Mais la ruse est elle suffisante pour adapter le pays et son appareil productif abîmé depuis l'instauration des 35 heures en 1997 ?
Quels sont les ânes qui ne peuvent comprendre qu'en diminuant de 10% la durée du travail des entreprises dans une économie concurrentielle, le prix de vente des produits ne peuvent plus dans ces conditions faire face à ceux proposés par les concurrents .
En accroissant depuis 20 mois de plus de 30 milliards les charges et impôts divers qui pèsent sur notre appareil productif comment alors s'étonner de la mise en liquidation de plus en plus d'entreprises Françaises?
Pourquoi dans ces conditions avoir perdu deux années pour enfin se rendre compte que seules les entreprises sont par définition seules capables de créer des emplois?
pourquoi dans ces conditions avoir fait fuir ceux qui demain auraient été les seuls à pouvoir créer les nouvelles entreprises à haute valeur ajoutée ?
pourquoi peuvent ils partir et pourquoi sont ils partis ?
Toute l'erreur d'analyse du nouveau pouvoir reposait sur un mensonge :
en effet le retour de la croissance devait selon hollande moscovici et cahuzac reposer sur l'instauration des euro bonds qui auraient permis sans douleur de transférer la dette des pays européens sur le dos de l'europe et donc de la BCE
.Un grand emprunt européen aurait alors autorisé une certaines forme de reprise et une baisse visible des gros bataillons de chômeurs (plus de 5 millions toutes catégories confondues à ce jour)
et maintenant que va t il faire?
la construction du budget 2013 n'intégrait elle pas une croissance de 1,2% ? certes ramenée à 0,8% par le président lui même quelques mois plus tard pour s'achever à un déficit de 4,2% si loin des 3% promis jurés du président Hollande. et donc un dérapage du budget de plus de 20 milliards comme l'annonçaient la cour des comptes et plus encore le président de la commission des finances de l'assemblée nationale appartenant à l'UMP et présenté comme un menteur par moscovici et cahuzac dans cette même assemblée.
alors après le constat que le chômage ne recule pas et qu'il ne pourra plus jamais reculer sans une prise de conscience des réalités que reste t il à faire maintenant ?
http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/11/09/et-maintenant-que-va-t-il-faire-ou-que-peut-il-faire-512351.html
http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/11/08/aaaaaaaaaaaaaahhh-la-france-est-a-aa-seulement-qu-allons-nou-512276.html
http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/01/22/president-hollande-a-malin-malin-et-demi-attention-danger-520128.html
quelle stratégie doit on suivre enfin :
http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/11/05/quyelle-est-la-strategie-du-president-comment-sortir-le-pays-511911.html
pourquoi peuvent ils partir et pourquoi sont ils partis ?
http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/01/20/qui-sont-les-nouveaux-patrons-creteurs-d-entreprises-a-tres-519865.html
sortie de crise au mieux en 2020
http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/01/19/le-redressemehnt-de-la-france-au-mieux-en-2020-519816.html
est ce le retour au bon sens enfin ?
http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/01/17/est-ce-le-tout-debut-du-commencement-d-un-fremissement-de-ch-519648.html
la ruse d'hollande risque t elle d'aboutir à une catastrophe sociale ?
http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/01/16/la-ruse-d-hollande-risque-t-elle-d-aboutir-a-une-catastrophe-519554.html
est ce enfin le changement ?
http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/01/15/est-ce-enfin-le-chagement-519421.html
deux ans de galère pour rien ?
http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/12/01/deja-deux-ans-de-galere-est-ce-bientot-fini-514734.html

Posté par gillesgamba à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

17 janvier 2014

Est ce le tout début d'un frémissement de changement?

Un deal incomplet en trompe l'oeil:
30 milliards d'allégements de cotisations patronales des allocations familiales payées à tort sur le travail vers l'impôt ou plus précisément une réduction des dépenses de 15 milliards par an jusqu'en 2017 soit près de 60 milliards d'euros dont 15 dès la fin 2014.
alors même que le MEDEF d'après ses propres calculs demande logiquement 100 milliards immédiatement afin de créer sur deux ans près d'un million d'emplois conséquence des allégements de charges ou de cotisations et NON la condition exigée de ce demi tour mental.
Certes cette proposition est courageuse car même la droite n'a jamais eu le courage politique non pas de la proposer mais de la mettre en oeuvre.
mais est ce suffisant?
nous pouvons en douter, comme nous l'écrivions déjà il y a des mois sinon des années sur ce blog.
Chacun sait ce qu'il conviendrait de faire
Qui en aura le courage?
http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/01/16/la-ruse-d-hollande-risque-t-elle-d-aboutir-a-une-catastrophe-519554.html
Tout le monde connaît depuis si longtemps ce qu'il conviendrait d'avoir le courage de faire.
dressons les quelques mesures que tout gouvernement futur de gauche ou de droite sera contraint prochainement de mettre en oeuvre.
1/ s'attaquer enfin comme tous nos voisins à une réforme des retraites logique.(mais réellement juste)
mettre l'âge de la retraite à 65 ans à taux plein pour 41 annuités de travail.
inclure certes l'aspect pénibilité pour certaines professions en accordant des années d'avance sur retraite à savoir une année tous les 5 ans pour un maximum de 5 ans. (comme déjà pratiqué dans toute la fonction publique d'état au passage)
2/ libérer le travail et permettre aux entrepreneurs de créer leurs entreprises et surtout d'embaucher
Pour ce faire,transférer une part des cotisations sociales vers l'impôt payé par tous.
tout d'abord augmenter la CSG de trois points soit 54 milliards de moins pour les entreprises avec un contrat social à passer avec le patronat à savoir l'embauche de deux millions de chômeurs sur 24 mois
Modifier le code du travail qui devra être totalement refondu (maximum 500 pages et non les 3750 actuelles à l'identique de celui de l'ALLEMAGNE. )
permettre légalement le licenciement au patronat, ce qui permettrait aux PME en particulier de revenir à 100% de leur effectifs et non aux 80% actuels dont 20% de CDD ou d'interim.
en conséquence rétablir comme seul contrat de travail de CDI pour tous.
les PME (99% des entreprises Françaises celles qui comptent moins de 50 salariés) emploient
14 500 000 personnes soit un gisement potentiel de près de 3 millions d'emplois possibles.
Porter la représentation syndicale de 50 salariés à 150 personnes afin de permettre aux PME d'embaucher sans l'obligation de créer des comités d'entreprises i de représentants syndicaux
Ultérieurement diminuer les charges sociales qui pèsent sur le travail
Tout d'abord en supprimant les charges sociales qui pèsent sur les salaires des personnels par une augmentation progressive de la TVA (deux points équivalent à 16 milliards ) soit une augmentation de fait de tous les salaires du privé.
dans une seconde phase baisser les charges patronales avec une augmentation de la TVA qui pourrait en cible atteindre 25% comme au Danemark ou en Norvège. (soit trois points de TVA à savoir 24 milliards d'euros)
ce choc significatif de compétitivité devrait transférer environ 100 milliards de charges actuelles sur l'impôts avec cependant des compensations
en effet 24 milliards d'augmentations de salaires, et près de 10 milliards dans une seconde phase)
l' aspect de plus significatif de ce contrat social seraient d'une part l'embauche en 18 mois de 2 millions de chômeurs, et la possibilité offerte ensuite aux PME de recruter sans risque de retournement de la conjoncture jusqu'à 3 millions d'emplois nouveaux.
Dans ces conditions les comptes de la sécurité sociale en matière de chômage permettrait en cible d'économiser sur les 56 milliards de coûts actuels sans doute près de 30 milliards.
économies qui devraient alors une fois encore être transférées en allégements de charges pour toutes les entreprises à la condition sine qua non d'être traduites en augmentation de salaires pour les personnels.
Suppression provisoire des 35 heures
la durée du travail légal devant être fixée à 40 heures avec la liberté laissée aux entreprises d'adapter leurs horaires dans le seul cadre des entreprises.
récupération suite à cette mesure d'environ près de 27 milliard d'euros au seul bénéfice de la sécurité sociale.
Retour au contrôle des noyaux durs de toutes les entreprises implantées sur le territoire national.
en particulier le CAC 40 et les 1800 entreprises comptant plus de 500 salariés dont seulement mois de 700 sont cotées en bourse au premier et second marchés
interdiction par la loi ou un référendum d'être sous contrôle d'une holding située en dehors du territoire national (comme aux USA au Japon en Allemagne etc.. etc..;)
décision qui permettrait de récupérer 27 milliards chaque année d'évaporation fiscale autorisé par les mesures de fabius prises en 1983.
impôts sur les bénéfices des sociétés.
Ultérieurement s'attaquer à des réductions drastiques des dépenses de l'état.
400 milliards de dépenses et 250 milliards liés aux collectivités territoriales
pour ce faire organiser un référendum avec en cible:
la modification du statut des fonctionnaires, 30% fonctionnaires de carrière et 70% de fonctionnaires sous contrats (ce qui existe déjà au sein de certaines administrations comme la défense)
suppression des communes qui devront être regroupées au sein de collectivités locales
passer de 36 000 commues actuelles à 5 ou 6000 futurs (cantons)
suppression des départements et regroupement au niveau des Régions qui elles aussi devraient revenir aux 10 ou 12 provinces d'antan afin de correspondre aux autres régions européennes et donc aux lands allemands, avec ce qui serait souhaitable une décentralisation de nombreuses fonctions actuellement encore sous contrôle des ministères parisiens.
gains espérés de l'ordre d'environ 500 000 fonctionnaires territoriaux (catégorie b et c)
soit 15 à 20 milliards
Cette réforme ne pouvant s'inscrire que dans un laps de temps assez long (10 ans au moins) corrélée avec la création d'emplois dans le privé afin d'absorber les fonctionnaires sous contrat qui rejoindront le privé à l'issue de leur passage au sein des fonctions publiques. ( 70% de fonctionnaires sous contrat suite à un référendum)
Une réforme de, la représentation syndicale
avec à peine 7% de syndiqués dans notre pays que représentent réellement les syndicats cependant si nécessaires à la défense bien comprise du monde du travail
il serait sans doute possible de leur confier par la loi la gestion des complémentaires santé comme cela se pratique dans les pays nordiques
mesure qui imposerait alors une syndicalisation quasi obligatoire de tous les salariés du pays pour bénéficier de la complémentaire santé rendue obligatoire pour tous.( exemple allemand ou suédois)
contrairement aux théories fumeuses avancées par certains il conviendrait de leur laisser la gestion de la formation professionnelle (50 milliards d'euros) avec cependant un contrat d'objectifs arrêté par les parlementaires et un contrôle systématique annuel des cours des comptes régionales.
Par ailleurs il conviendrait de fusionner les budgets afin de rendre aux seuls syndicats la responsabilité de la formation des chômeurs
d'autant que si plus de 3 millions de chômeurs retrouvaient un emploi, l'idée de faire gérer ce budget au profit du seul pôle emploi n'aurait plus aucun sens.
Une réforme globale de notre système de santé.
certes il serait impossible à court terme de revenir aux 400 hôpitaux d'avant 1981 alors que nous en comptons plus de 1200 aux quels il convient d'ajouter près de 2000 cliniques privées (qui au passage assurent près de 80% de ce que les praticiens nomment les actes chirurgicaux lourds. alors qu'ils étaient réalisés à 100% au sein des établissements publics avant 1968)
pourquoi disposer de 14 blocs opératoires en moyenne par département alors que pour des populations équivalentes le reste de l'europe n'en compte pas plus de 7 ou 8 ?
il conviendrait donc de regrouper privé et public au sein de structure correspondant aux bassins de populations afin d'offrir à tous les mêmes qualités de soins surtout en matière chirurgicale.
en conséquence passer de 3200 structures actuelles à environ 2000 avec en contrepartie la création de maisons de santé dépendant directement des hôpitaux régionaux qui seraient implantées au sein des ex communes ou communautés de communes.
Tous les jeunes médecins devant alors servir l'état durant 8 ans avant de pouvoir s'installer en libéral.
Une telle réforme salutaire et indispensable permettrait le retour aux équilibres sur les quels reposent notre pacte social. ( à noter cependant une féminisation anormale de cette profession (plus de 80%) qui explique pour une bonne part la désertification médicale en milieu rural; en effet comment imaginer une future mère de famille perdue au milieu de la campagne avec 70 à 80 heures par semaine?
Adaptation de notre banque d'investissement à la hauteur des enjeux du pays
certes cette banque vient tout juste d'être créée, mais n'est elle pas seulement que le regroupement de structures déjà existantes?
en effet sans le reliquat du grand emprunt de sarkozy (10 milliards) (si critiqué au passage par le PS) de quels moyens nouveaux disposerait cette nouvelle banque indispensable?
certes en France nous n'avons plus de pétrole ni même beaucoup d'idées, mais nous sommes de loin les champions européens des économies.
En effet les Français économisent encore plus de 180 milliards d'euros chaque année
le pactole des assurances vies représente à lui seul plus de 1600 milliards d'euros.
or ces placements sont totalement ou presque exonérés d'impôts.
imaginons une orientation forcée par le fisc de 50 milliards chaque année afin que ces sommes soient injectées dans l'adaptation de notre appareil productif et non orientées vers le développement des économies des pays émérgents.
50 milliards multipliés par 6 ou 7 en matière de crédits représenteraient alors 300 à 350 milliards de prêts injectés tous les ans dans l'accompagnement de nouvelles entreprises à haut potentiel susceptibles d'ici quelques années de fournir les millions d'emplois manquants et plus particulièrement les emplois de cadres.
en effet sur ce point notre économie n'offre jusqu'à ce jour moins de 15% d'emplois de cadres (précisément 14,7% selon l'insee)
soit sur un total potentiel de 27 ou 28 millions de personnes moins de 4 millions de postes de cadres
soit un flux de renouvellement de moins de 100 000 postes chaque année.
or les grandes écoles fournissent à elles seules plus de 50 000 cadres par an pratiquement tous insérés dans le monde du travail dès la fin de leurs études
nos 87 universités mettent sur le marché chaque année près de 10 000 docteurs toutes disciplines confondues mais plus de 230 000 diplômé d'au moins une licence quand on sait que près de 500 000 jeunes bacheliers entrent chaque année dans un cursus d'enseignement supérieur.
sans être polytechniciens chacun doit donc comprendre que plus de 200 000 diplômés des nos petites universités ne pourront jamais s'insérer dans le monde du travail avec un emploi de cadre correspondant le pensent ils à leur niveau de formation.
comme disent certains leurs diplômes sont des diplômes assigats et donc sans aucune valeur ou presque.
il appartient donc à l'état et au patronat de développer demain des entreprises à très haut potentiel capables d'offrir 50 à 60% de leurs emplois en catégorie cadres au risque sinon de voir fuir à l'étranger cette ressource intellectuelle financée par les impôts du pays au profit de la concurrence mondiale.
certes les efforts à consentir par tous seraient énormes, il conviendrait alors d'inscrire également dans la constitution la participation si chère au GÉNÉRAL de GAULLE à savoir l'intéressement de tous les salariés à 25% des bénéfices faits par toute entreprise implantée en France.

Posté par gillesgamba à 14:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2013

L'acceptation enfin du refus du réel et le retour au bon sens

 

L'acceptation enfin du refus du réel et le retour au bon sens

 

 

Le gouvernement après avoir essayé de tarir la source du fleuve de l'emploi vient enfin de comprendre en rectifiant avec bon sens les dispositions fiscales vis à vis de la re vente des sociétés innovantes.

 

 

En effet après avoir porté à 66% et 75% les taxes qui auraient pesées sur la re vente de ces entreprises créatrices des emplois de demain si nécessaires au pays, le président vient enfin d'INVERSER à 180% sa position sur ce sujet.

 

 

Certes les pigeons devraient être rassurés mais plus encore les investisseurs qui eux prennent tous les risques financiers dans l'accompagnement de ces sociétés d'avenir quand l'état y compris avec sa nouvelle banque dit d'investissement n'a pas et n'aura jamais "le sou" pour y faire face.

 

 

En effet, tout porteur de projet innovant, dès lors qu'il a inventé un produit d'avenir,se retrouve dans l'obligation de chercher des partenaires financiers s'il veut un jour créer une entreprise et surtout commercialiser son invention.

 

 

or pour protéger son invention et pouvoir conserver captif un marché pour au moins dix ans, ce futur chef d'entreprise doit absolument déposer des brevets internationaux.

 

 

mais la dépose de ces brevets pour être efficaces nécessite des sommes considérables dont ne disposent jamais nos porteurs de projets

 

soit au minimum près de 2 à 3 millions d'euros.

 

 

Il est donc impératif pour eux de chercher et surtout de trouver des partenaires financiers qui eux prendront des risques calculés mais qui en cas d'échec assumeront tous les risques.

 

 

or quel intérêt y avait il tant pour les investisseurs que pour le porteur de projet à créer une nouvelle entreprise en FRANCE en sachant par avance que 75% des bénéfices seraient CONFISQUES dès la revente de la société?

 

 

or la revente de ce type de société était le seul moyen aux porteur s de projets de disposer 4 ou 5 ans après le lancement de leur première société, de moyens financiers suffisants pour créer une seconde entreprise dont ils conservaient alors le contrôle du capital social.

 

les priver de ce bénéfice les condamnait donc à quitter la FRANCE et créer leurs entreprises à l'étranger ou une fiscalité bien comprise leur permettait alors d'exister.

 

 

depuis mai 2012 ce sont plus de 30% selon l'INSEE de ce type d'entreprises qui n'ont pas été créées en France.

 

les conséquences malheureusement se traduiront dans l'augmentation du chômage car les emplois ont depuis été crées ailleurs et plus pour les salariés Français.

 

 

En effet qui aujourd'hui peut encore ignorer que les destructions de nos emplois privés dépassent chaque année 2 millions de postes (sur 16 au total) , liées à l'adaptation de nos entreprises aux réalités du marché.

 

or jusqu'ici le même volume de nouveaux emplois étaient crées et compensaient ainsi le stock des emplois privés à hauteur de 16 millions sans pour autant aggraver le nombre de chômeurs certes trop élevé.

 

or depuis mai 2012, le manque de ces emplois nouveaux dépassera sans doute 200 à 300 000 emplois qui se répercuteront directement sur le décompte macabre du chômage

 

en effet moins 2 millions compensés par 1 700 000 se solde en effet par une augmentation de 300 000 chômeurs supplémentaires directement imputables au gouvernement actuel.

 

 

il reste encore un long chemin de réformes à conduire pour enfin adapter le PAYS au réalités du monde d'aujourd'hui et non celui périmé d'hier.

 

 

La compétitivité de notre tissus économique devient vitale comme commence enfin à le comprendre de plus en plus de nos concitoyens

 

 

il faudra très vite supprimé les 35 heures et revenir aux 39 ou 40 heure sans modification de salaire

 

il faudra avec courage s'attaquer enfin aux dépenses inexorablement exponentielles de notre sécurité sociale (600 milliards de dépenses soit 33% de toute la richesse du pays) alors que tous les régimes sont déficitaires et que les dépenses augmenteront de 50% au cours des prochaines années, 50% du seul régime maladie en raison du vieillissement de la population et 100 milliards de déficit prévisible d'ici 2020 si aucun correctif n'est courageusement décidé. dès cette année.

 

 

mais il faudra remettre en place la TVA anti localisation à 3 ou 5% qui concerneraient alors les importations si l'Europe se montre incapable de le faire. (avec 70 milliards de déficit de notre balance commerciale avons nous d'autre solution pour rétablir les comptes et protéger nos emplois?)

 

 

Il faudra inévitablement s'attaquer enfin aux dépenses publiques qui augmentent de 10 milliards chaque année alors qu'elles dépasseront 1250 milliards sur les 1960 milliards du PIB soit 57% de prélèvements obligatoires en 2013 qui font de la FRANCE la championne du monde toute catégorie dans ce domaine.

 

(lire les fiches précédentes)

 

 

mais comment parvenir à ces réformes de fond à conduire dans l'urgence ?

 

 

Certains naïfs préconisent déjà un gouvernement d'union national; (78% des français selon des sondages)

 

 

mais ces mêmes ignares comprennent ils qu'avec une majorité au parlement d'un seul camp et un gouvernement mixte aucun loi ne pourrait être votée

 

 

il conviendrait alors de dissoudre le parlement de rendre la parole au peuple après avoir rétabli un scrutin proportionnel celui appelé de leurs voeux des adeptes de la 6° république

 

 

à cette seule condition institutionnelle, il serait alors cohérent d'imaginer une alliance de tous pour enfin réformer en profondeur le pays et l'adapter aux enjeux de demain.

 

 

mais s'agit il encore d'un rêve?

 

 

Peut on imaginer les députés nouvellement élus dont le soutien populaire serait réduit dit on à 19% de la population puissent rendre leurs "tabliers" et les 20 000€ mensuels (rémunérations et primes diverses lire sur le site du parlement) dont ils disposent ?

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/01/04/finalement-vers-ou-allez-vous-nous-conduire-ineluctablement.html

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/01/03/la-ou-il-y-aurait-une-volone-il-y-a-toujours-un-chemin-est-c.html

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/01/02/2013-une-annee-sans-doute-horrible-pour-hollande.html

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/01/01/la-com-suffit-elle-pour-fiabiliser-une-politique.html

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/12/28/l-emploi-comme-priorite-du-gouvernement-est-ce-une-blague.html

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/12/28/l-emploi-comme-priorite-du-gouvernement-est-ce-une-blague.html

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/12/25/ou-allons-nous-maintenant-apres-8-mois-de-changement.html

 

Posté par gillesgamba à 16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

20 avril 2013

Municipales et cantonales 2014, tsunami du PS "nous vous démissionnons tous"

 

2012, 2014 deux années sans élection en France que nous réservent les élections municipales de 2014 alors que la parole enfin sera rendue au peuple ?

 

 

Certes la France d'Hollande semble être plus apaisée que du temps de Sarkozy qui peut le nier?

 

 

Les tensions liées à la personnalité du président ont toutes disparues? l'adhésion à la personne du président ne fait elle pas l'unanimité chez tous les Français y compris au sein du peuple de Gauche?

 

 

La division du pays n'est le fait que d'une minorité réactionnaire de droite et qui plus est de catholiques orthodoxes mâtinés d'intégrisme totalement dépassé. cette vieille France décrite durant plus d'un millénaire comme fille aînée du catholicisme.

 

 

Quelle idée surannée de vouloir refuser ce changement de civilisation si bien prônée par Madame Taubira devant le parlement?

 

 

Avec 50% de divorces, l'existence de milliers de couples homosexuels et plus de 40 000 enfants qui vivent déjà dans ces familles comment ne pas accepter la réalité du réel et vouloir prôner un monde totalement périmé? Les hétéros refusent à plus de 50% les contraintes du mariage, alors pourquoi ne pas accorder ce droit semble t il dépassé à tous?

 

 

La liberté de chacun doit s'imposer demain aux libertés de tous n'est ce pas le

 

"jouir sans entrave" prôné dans la rigolade de mai 68 ?

 

 

 

Cependant différents partielles devraient inquiéter le pouvoir en place et plus particulièrement le PS

 

 

si 2008/ avait été l'occasion de conspuer Sarkozy qui découvrait la réalité de la crise,

 

2014 risque bien de devenir l'hécatombe du parti socialiste.

 

 

L'incapacité du Gouvernement à faire face aux difficultés des Français, son impuissance devant la dégradation de l'emploi dont il est directement responsable comme chacun en prend conscience, la pagaille du gouvernement où chaque ministre non seulement s'oppose à un premier ministre sans aucun autorité mais parfois même au président de la république sans aucune sanction.

 

 

la barre des 4 millions de chômeurs qui sera allègrement franchie fin 2013 ou début 2014, (qui peut encore le nier?)

 

 

Le dérapage des déficits publics non seulement fin 2013, mais pire encore fin 2014 et 2015 sans pour autant voir le gouvernement ne plus nous annoncer que les 3% seront pour demain.

 

 

La désillusion du peuple et surtout de celui de gauche verra un mouvement de fronde s'amplifier dans le pays. comme à AMIENS il y a peu (48% de vote FN réalisés avec la bascule des électeurs de gauche)

 

 

certes le PCF aura encore besoin de l'aide du PS pour se maintenir dans de nombreuses villes que ce parti dirige encore

 

mais que serait le PCF sans le front de gauche de l'ex socialiste Mélanchon?

 

 

3% de l'électorat ? à savoir sans lui sa disparition de l'échiquier politique.

 

 

or Mélanchon veut des candidats partout où cela sera possible alors que le PCF pour des raisons de survie politique ne peut l'accepter.

 

 

En conséquence, si la croissance tant espérée (ou rêvée) par Hollande ne se manifeste pas d'ici le début de 2014, si l'inversion de la courbe du chômage promise par le président qui en décembre demandait encore à être jugé sur ce résultat ne se réalise pas

 

 

alors la colère du peuple une fois encore se concrétisera dans les urnes:

 

 

le peuple pourra enfin dire:

 

 

"nous vous démissionnons tous"

 

 

 

 

 

 

municipales 2014 wikipédia:

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_municipales_fran%C3%A7aises_de_2014

 

 

résultats des élections de 2008 wikipedia:

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_municipales_fran%C3%A7aises_de_2008#Aix-en-Provence

 

 

 

en 2008

 

Villes ayant basculé à gauche

Abbeville, Amiens, Anglet, Angoulême, Apt, Argenteuil, Asnières-sur-Seine, Aulnay-sous-Bois, Bagnols-sur-Cèze, Bar-le-Duc, Berck, Bergerac, Billère, Blois, Boissy-Saint-Léger, Brive-la-Gaillarde, Brignoles, Bruz, Caen, Cahors, Carcassonne (en 2009, suite à annulation du scrutin de 2008), Carpentras, Cesson-Sévigné, Chennevières-sur-Marne, Cognac, Colombes, Cosne-Cours-sur-Loire, Dax, Dole, Évreux, Firminy, Forbach, Fondettes, Gros-Morne, Guebwiller, Granville, Guipavas, Issoire, Joigny, La Chapelle-Saint-Luc, La Seyne-sur-Mer, Les Ponts-de-Cé, Lodève, Lucé, Mende, Metz, Millau, Miramas, Monistrol-sur-Loire, Montbéliard, Montmorency, Mont-Saint-Aignan, Muret, Narbonne, Nogent-sur-Oise, Noisy-le-Sec, Noyon, Ostwald, Orthez, Périgueux, Plérin, Poissy, Pont-Sainte-Maxence, Quimper, Reims, Roanne, Saint-André, Saint-Chamond, Saint-Denis, Saint-Étienne, Saint-Fons, Saint-Jean-de-Braye, Saint-Omer, Saint-Louis (La Réunion), Saint-Paul (La Réunion), Saintes, Salon-de-Provence, Schœlcher, Sens, Sin-le-Noble, Strasbourg, Soissons, Thionville, Toulouse, Valence, Vandœuvre-lès-Nancy, Vernon, Villepinte, Voiron, Yvetot.

 

19 janvier 2013

Pacification du SAHEL par l'ONU seule alternative au conflit du MALI

 

L'attaque éclaire des djihadistes sur le complexe gazier Algérien marquera qui peut en douter une rupture dans la compréhension de ce qui se passe au SAHEL au sein de l'opinion publique occidentale.

 

 

En ce qui concerne les responsables politiques qui peut imaginer que leurs services spécialisés n'aient pas depuis plus de 25 ans attiré leur attention sur les conséquences de la décomposition de cette zone sahelienne .

 

 

Qui aujourd'hui peut ignorer les dizaines de milliers de morts Algériens (150 000 ) dans la lutte que les autorités Algériennes mènent depuis 1991 contre ces islamistes radicaux ?

 

Lutte qu'ils ont mené trop souvent seuls malgré l'aide ponctuel de certains services (secrets) occidentaux.(et de ce fait méconnus du grand public)

 

 

Qui, peut ignorer les 25 à 30 000 membres de ces groupes de terroristes et tout particulièrement le GIA matrice de tous ces groupuscules résiduels depuis leur éradication par le gouvernement Algérien.

 

 

Ils ne représenteraient aujourd'hui que moins de 2000 combattants issus de cette composante du GIA.

 

Dans ces conditions qui peut prétendre que les victimes ne soient pas avant tout d'origine et de confession musulmane ?

 

 

Nous sommes ainsi très loin de la guerre de civilisation décrite par des analystes simplistes (ou simplets) occidentaux qui appréhendent le monde dans leur salon feutré parisien si ce n'est au flore ou aux deux magots à Saint Germain comme du bon temps de Sartre.

 

 

Il s'agit certes d'illuminés qui se drapent d'une lecture partielle et incomprise d'un texte religieux le CORAN, mais ce sont surtout et d'abord des criminels doublés de trafiquants en tout genre et plus encore de terroristes fanatiques.

 

 

mais la décomposition de ces territoires se double également de problèmes politiques et surtout ethniques intimement liés qui découlent certes des conséquences de la colonisation entreprise par les occidentaux à l'issue de la guerre de 1870 (et tout particulièrement par la gauche française de l'époque) mais également de l'héritage historique pré colonial comme nous le constatons depuis 1960 sur tout cet immense continent ( katanga,angola,nigeria,Zaîre, Tchad Ruanda,soudan,Côte d'ivoire,Mali)

 

 

http://survie.org/francafrique/article/les-etats-post-coloniaux-en

 

 

http://www.laredoute.fr/espace-hpredsu.aspx?adsite-under=1&cod=21FR43741142871&zanpid=1435185

 

 

http://www.polis.sciencespobordeaux.fr/vol4n2/intro.html

 

 

Un des problèmes majeurs de cette zone du SAHEL concerne avant tout le devenir du peuple TOUAREG.

 

peuple ou nation sans terre ;Peuple privé de ses terres comme les KURDES dans une région voisine;

 

 

Aucune solution politique durable n'est envisageable au SAHEL (Mali, NIGER,BURKINA FASO, MAURITANIE y compris l'ALGERIE)

 

 

Souhaitons que l'ONU garante de la paix dans le monde intègre toutes les données y comprises historiques pour résoudre de façon durable mais d'abord équitable et juste les drames que vivent ces populations du SAHEL.

 

 

problème parfois insoluble qui se pose avec encore plus d'acuité comme chez les Kurdes ou les Palestiniens . (sans oublier le Tibet ou autres peuples de par le monde)

 

 

 

rappel des trois dernières fiches:

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/01/16/mali-suite-comme-aux-echecs-le-premier-coup-est-insuffisant.html

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/01/14/la-guerre-au-mali-les-risques-historiques-de-notre-passe-col.html

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/01/14/la-guerre-au-mali-les-risques-historiques-de-notre-passe-col.html

 

Posté par gillesgamba à 16:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

17 janvier 2013

MALI suite: Comme aux échecs le premier coup est insuffisant si les suivants n'ont pas été imaginés et surtout préparés.

 

En complément de la dernière fiche publiée sur ce blog suite à l'intervention française au Mali

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/01/14/la-guerre-au-mali-les-risques-historiques-de-notre-passe-col.html

 

 

quelques réflexions plus générales sur les suites possibles mais réelles qui pourront demain entraver non seulement nos opérations mais plus encore notre tranquillité du simple fait qu'il n'existe plus de front dans la guerre moderne.

 

 

petit rappel sur la situation historique de cette région du sahel:

 

 

comme nous l'expliquions les Touargegs (1 500 000) qui résident dans l'une des parties du mali du nord sont dans leur droit le plus légitime quand ils demandent depuis 1963 la création de leur état.

 

 

Certes les forces islamistes qui composent l'autre révolte et qui occupe aujourd'hui la seconde partie du Mali du nord ne peuvent en rien prétendre à ces territoires si ce n'est leur chef qui au passage est lui même Touareg appartenant à la même tribu que celle du chef de la rébellion Touareg.(MNLA)

 

 

l'URGENCE imposait cependant une réaction rapide comme du temps où la France disposait encore d'un corps d'armée complet (la Force d'action rapide Etat Major à maison Laffite ) 67 000 hommes dont les parachutistes, les légionnaires et les troupes de marine (soit quasiment l'équivalent opérationnel de ce qu'il reste de l'armée de terre aujourd'hui.

 

 

Il est curieux d'ailleurs de remarquer que cette force avait été constituée dès 1984, suite aux intentions du gouvernement de l'époque de passer le service national à 6 mois privant ainsi les forces du pays de personnels entraînés ce qui avait imposé la création de ce corps d'armée totalement constitué d'unités professionnelles (67 000 hommes dont 4 divisions (les plus prestigieuses) et trois brigades dont deux logistique et une d'artillerie) (son avant dernier patron ayant été le général Philippe Morillon "le général Courage " si cher aux bosniaques)

 

 

L'arrêt de la pénétration des colonnes "Infernales" de islamistes vers la capitale BAMAKO est en passe de réussir, mais le déploiement des forces africaines est un impératif pour entamer la libération du territoire national de la république du mali.

 

 

Le premier écueil réside dans la manière dont seront traités les Touargegs rebelles

 

Le pire des cauchemars serait leur ralliement aux forces islamistes

 

 

rappel pour mieux comprendre:

 

 

http://www.realpolitik.tv/2012/04/bernard-lugan-les-deux-guerres-du-mali/

 

 

 

il importera donc à nos gouvernants d'obtenir immédiatement du gouvernement provisoire actuel du MALI la certitude de l'organisation d'élections nationale dès le mois de juin comme cela est prévu, mais plus encore d'arrêter le devenir des provinces du nord et plus encore si la secession n'est plus de mise; l'annonce d'une autonomie réelle de cette province.

 

 

En effet si ces accords ne sont pas immédiatement définis et surtout inscrits dans le marbre sous contrôle du conseil de sécurité de l'ONU

 

 

le risque d'une alliance de toutes les factions entraîneraient alors des conséquences dramatiques non seulement pour nos forces présentes mais une catastrophe pour toute la région du SAHEL y compris pour tous les pays voisins dont l'Algérie la Tunisie et au sud le NIGER la Mauritanie le Burkina faso et même le Sénégal.

 

 

L'adversaire dans cette hypothèse dramatique ne se limiterait alors plus aux quelques 3000 hommes sur armés de l'ex légion verte du Colonel Kadhafi, mais la cristallisation du peuple Touargegs non seulement au MALI mais y compris en Algérie, en mauritanie, au Burkina faso au Niger.

 

 

Dans ces conditions une véritable guerre sainte apparaîtrait dans cette zone du Sahel comme le craignaient tous les spécialistes en la matière depuis plusieurs années déjà.

 

 

Quand on constate déjà plusieurs dizaines de jeunes Français (bi nationaux) partir rejoindre le nord du Mali pour affronter comme en Afhganistan les croisés occidentaux, nos dirigeants devraient être de plus en plus inquiéts. (l'affaire méra risquant alors dêtre le début d'une longue liste).

 

 

En effet depuis la suppression du service militaire , une des conséquence a été la suppression définitive de tous les régiments de réserve (une centaine) dont la mission essentielle était d'assurer la défense opérationnelle du territoire.(et plus particulièrement nos 10 000 site seveso)

 

à l'heure actuelle la France ne dispose plus aucun de ces moyens humains ni pire des matériels nécessaires;

 

 

souhaitons simplement que les dividendes de la paix qui ont intelligemment conduit les choix de nos responsables politiques depuis 1981 ne nous coûtent pas trop chers demain.

 

 

" Bis repetita placent " comme en 40 !

 

Posté par gillesgamba à 00:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

12 janvier 2013

La future loi sapin sur le dos des PME quelles conséquences sur l'emploi en 2013?

 

La Future loi SAPIN ?

 

 

On a gagné, on a gagné... sauf la CGT et FO et surtout la CGPME

 

 

mais que représentent ces deux syndicats ouvriers; 50% ou plus du monde salarié ?

 

 

Ce sont donc la CFDT et le MEDEF qui sortent victorieux de cet accord comme du temps de Chérèque lors de la loi sur la retraite FILLON de 2003.

 

 

Cette réforme est elle indispensable?

 

 

comment permettre effectivement au patronat d'embaucher non pas sans risque mais sans avoir la hantise de ne pouvoir se séparer de certains salariés dès lors que les commandes et donc l'activité et les moyens financiers de l'entreprise baissent?

 

 

mais quelles seront les conséquences de cet accord à mini minima?

 

 

tout d'abord sur l'emploi

 

 

certes il est possible que d'ici 3 ou 4 ans cette mesure puisse avoir des effets positifs si un jour la croissance revient à hauteur d'au moins 3%

 

 

mais qui aujourd'hui peut espérer cet avenir avec lucidité si ce n'est le président et son gouvernement.

 

 

mais dans l'immédiat quelles seront les conséquences non pas prévisibles mais certaines?

 

 

les plans de licenciement en cours seront ils concernés par ces futures mesures (loi en mars ou avril 2013)

 

 

la structure même de nos entreprises Françaises paradoxe d'ailleurs au sein des pays de l'OCDE se caractérise depuis toujours par une économie de bricoleurs

 

 

en effet il n'est que de constater le tissus de nos entreprises Françaises

 

 

certes nous avons un CAC 40 à savoir nos 40 plus grandes entreprises (dont le noyau dur du capital n'est d'ailleurs plus contrôle par des fonds Français mais en réalité par des fonds étrangers depuis que la gauche avec fabius avait ouvert le capital de nos entreprises cotées en bourse (à peine 800 sur 3 millions)

 

décision lourde de conséquences que nous subissons depuis à l'opposé d'ailleurs de toute l'approche Gaulliste et Pompidolienne jusqu'à cette erreur dramatique pour l'intérêt du pays.

 

 

 

la conséquence visible réside dans le fait que ces multinationales passées depuis sous contrôle de fonds étrangers ne sont en fait que des filiales d'autres holdings dont les sièges sont situés depuis à l'étranger et qui explique d'ailleurs le manque à gagner pour le fisc concernant l'impôt sur les sociétés

 

manque à gagner estimé chaque année à plus de 27 milliards d'euros par les services de BERCY.

 

 

l'essentiel n'étant pas encore là même si les pertes cumulées depuis 1983 représentent approximativement près de 800 milliards directement imputables aux politiques de l'époque (toujours présent eu gouvernement d'ailleurs)

 

 

Nous ne disposons d'à peine 1800 grandes entreprises de plus de 500 salariés et d'à peine 30 000 entreprises de plus de 50 salariés.

 

 

ce qui signifie que 99% de toutes nos entreprises comptent moins de 50 salariés (effectif butoir à la création d'un comité d'entreprise)

 

 

mais que ces entreprises selon le site de la CGPME concentrent cependant 84% des emplois privés du pays

 

 

soit 14 700 000 emplois sur les 16 000 000 qu'offre notre économie dans le privé

 

par ailleurs 96% de nos entreprises emploient moins de 19 salariés

 

93% moins de 9 (effectif butoir pour la représentation syndicale)

 

84% moins de 4

 

et pire 67% sans aucun salarié.

 

 

de cette réalité que pouvons nous en conclure?

 

 

certes le MEDEF qui ne concerne que les grands groupes semble satisfait de pouvoir pas avant quelques années licencier ses personnels en sur effectif dès lors que les commandes baisseront en passant un accord sur le dos des PME.

 

 

mais concernant les PME qui majoritairement font appel aux CDD et aux emplois interim, le simple fait de taxer durement ces emplois aura une conséquence logique et imparable

 

 

à savoir le refus demain pour la majorité de ces toutes petites entreprises d'embaucher.

 

 

or ne sont elles pas les seules à pouvoir offrir ces emplois qui manquent tant au pays?

 

Posté par gillesgamba à 19:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

10 janvier 2013

La Future LOI SAPIN "Morte née ?"

 

La FIN du CDI en France une nouvelle blague du gouvernement aux yeux du peuple ?

 

 

la date fatidique du 11 janvier approche et surpris nous assisterons encore à un camouflet pour Sapin.

 

 

il est vrai qu'après les fêtes que fait on d'un sapin?

 

 

jamais la CGT ne signera ce type de contrat proposé par le gouvernement qui s'inscrit dans la dé construction sociale (selon eux) de tous les acquis des luttes syndicales depuis 1945.

 

 

Comme le souligne à si juste titre leur secrétaire "finissant" comment un président de gauche mis en place par la classe ouvrière à la quelle il serait redevable peut il proposer un dispositif qui plongerait dans l'insécurité totale tous les salariés Français y compris ceux de la fonction publique jusqu'ici protégés par leurs statuts?

 

 

Force ouvrière ne tient d'ailleurs pas un langage différent, mais qui peut sincèrement s'étonner d'une telle posture?

 

 

Il est cependant vérifiable dans les chiffres que LA PEUR D'EMBAUCHER CHEZ LES 3 MILLIONS DE PATRONS FRANCAIS EST TOUJOURS AUSSI GRANDE QUE LA PEUR DU LICENCIEMENT CHEZ LES SALARIES.

 

 

Pour certains la lutte contre le chômage consiste à tout faire pour maintenir les salariés dans l'emploi coûte que coûte au risque même de nier l'évidence à savoir que lorsqu'une entreprise voit ses commandes baisser et ses bénéfices diminuer, cette dernière se retrouve acculée soit à licencier une partie de ses personnels pour survivre ou bien déposer le bilan si cette possibilité ne lui est pas accordée.

 

 

la comparaison avec la période 1981 à 1984 est par ailleurs surprenante.

 

 

En effet à cette époque les 4 ministres du PCF avaient réussi à faire voter une loi interdisant le licenciement pour toutes les entreprises se trouvant déjà dans cette situation. (demande actuelle d'ailleurs de MELANCHON et d'autres y compris au sein du PS)

 

 

heureux politiques qui pensaient ainsi garantir l'emploi de leurs électeurs.

 

 

mais la réalité fut catastrophique car cet entêtement conduira alors des centaines de milliers de petites structures à déposer le bilan par la seule volonté de leur interdire à s'adapter aux réalités logiques du marché.

 

 

sans vente une entreprise n'est jamais viable.

 

 

la conséquence fut la "MORT voulue" de près de 600 000 petites entreprises par ailleurs jamais reconstituées depuis cette époque car la FRANCE ne compte depuis qu'à peine 3 millions d'entreprises contre 3 700 000 avant 1981.

 

 

les 1 887 000 personnes qui furent alors mises au chômage suite à la mort de leurs entreprises eurent cependant dans leur malheur une chance qui ne pourra plus jamais se reproduire aujourd'hui.

 

 

En effet face à cette catastrophe sociale, le PS de l'époque eut deux idées géniales:

 

 

La première ouvrir les vannes du recrutement des fonctionnaires en particulier au sein des collectivités territoriales et surtout de la fonction publique hospitalière

 

ce seront 800 000 nouveaux fonctionnaires qui seront ainsi recrutés en moins de deux ans

 

 

l'autre idée miraculeuse, fut de ramener l'âge de la retraite de 65 à 60 ans, ce qui permis alors d'envoyer à la retraite 5 classes d'âge de l'époque et ainsi de libérer près de 3 millions de postes salariés dans l'économie du pays.

 

 

or en ne retenant que ces deux mesures d'urgence imposées au (ou par ) gouvernement de l'époque il est clair qu'elles n'avant pas été préparées en particulier sur le plan financier.

 

 

déséquilibre financier d'ailleurs que nous continuons non pas à payer mais cause principale des déficits accumulées depuis cette époque. (car les paiements se réalisent toujours par l'emprunt)

 

mais pire encore ce seront près de 2 500 000 de fonctionnaires supplémentaires qui seront recrutés depuis y compris par la droite de retour épisodiquement au pouvoir au cours de ces 30 dernières années.

 

 

la leçon a donc été comprise par le pouvoir et plus encore par le président Hollande énarque et qui plus est prof d'économie et ancien membre de la cour des comptes.

 

 

L'erreur acceptée par françois MITTERAND ne sera jamais plus reconduite, mais alors que faire?

 

 

l'idée de cette conférence sociale qui n'avait d'autre but que de démontrer au pays l'ignorance des syndicats et leur archaïsme face aux nécessité de s'adapter au réel ne suffira sans doute pas tellement la ficelle était trop grosse dès le début.

 

 

mais que faire alors?

 

 

Après le matraquage fiscal ( sans doute nécessaire 37 milliards sur nos 100 milliards de déficits structurels) après les 20 milliards d'aides aux entreprises si condamnées à gauche, le gouvernement se retrouvera face à la rue s'il ose faire passer cette mesure considérée par 88% des Français comme anti sociale.

 

 

La diversion des mesures sociétales mariage pour tous même apurée de la PMA, le droit de vote aux étrangers ne pourront masquer plus longtemps la sourde colère du monde du travail incapable de comprendre que ces mesures ont pour finalité leur propre avenir.

 

 

Comme faisaient dire les guignols de l'info à la marionnette de JOSPIN

 

 

" la France quel pays de C..."

 

Posté par gillesgamba à 17:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

06 novembre 2012

nouvelle niche fiscale ou début du demi tour mental?

 

La fin (provisoire) de l'idéologie du gouvernement

 

 

finalement le rapport Gallois deviendra bien l'alpha et l'oméga de la reconstruction de l'industrie et plus encore de l'économie Française

 

 

Certes le demi tour mental qu'il impose n'est pas encore totalement partagé au sein de la majorité et plus encore à la gauche de la gauche pour qui le capitalisme reste l'ennemi de classe et la cause majeure de la situation du monde ouvrier;

 

 

C'est le capitamisme qu'il faut détruire par tous les moyens, cela reste une constante qui si elle est "minorée" ne permet pas de comprendre les positionnements de tel ou tel (y compris chez certains de nos ministres actuels)

 

 

les moyens sont toujours les mêmes: suppression de la dette, fin de la propriété privée, nationalisation de tous les moyens de production, ce qui permettrait alors le doublement au moins des salaires et le paradis sur terre à l'égal de celui qu'ont connu les anciennes populations de l'est de l'Europe depuis 1917 et surtout 1945.

 

 

 

Mais avec un retour masqué de la TVA rendue obligatoire, le gouvernement met un terme à toutes les ex anciennes promesses de la campagne et inscrit de fait son action non plus sur deux ans mais bien sur 5 ans dans l'optique ou du moins le pari de redresser l'économie du pays base reconnue comme incontournable de tout redressement fut il juste et équitable.

 

 

avant de distribuer nous acceptons enfin l'évidence il faut d'abord produire plus et cela repose essentiellement sur l'économie qu'il faut enfin libérer comme le préconisait Jacques ATTALI lui même dans son rapport ainsi que les 16 autres rapports rédigés sur ce sujet depuis plus de 15 ans.

 

 

 

La méthode est cependant courageuse en apparence , 20 milliards avec avouons le la création d'une nouvelle niche fiscale personne ne peut le nier;

 

 

10 milliards d'impôts via la TVA sarkozy (sans le nommer) mais aussi 10 milliards de réductions de dépenses (sur les 1250 milliards de dépenses annuelles du pays soit un effort hypothétique renvoyé à 2014 au plus tôt en priant cependant pour un retour de la croissance qui permettrait alors d'éviter ces nouveaux prélèvements ).

 

 

La prise de conscience est sans doute à mettre à l'actif du gouvernement, mais pouvions nous nier plus longtemps l'évidence ?

 

 

l'intention est louable mais sera t elle suffisante? c'est bien là que réside tout le problème et surtout l'avenir du pays.

 

 

 

 

 

anciennes fiches publiées sur le BLOG

 

 

 

adoucissement du choc de compétitivité à crédit avec une niche fiscale

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/10/26/adoucissement-du-choc-de-competitivite-fonde-une-fois-encore.html

 

 

rappel d'une fiche de mars 2011 les indicateurs à connaître pour comprendre les enjeux

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/07/13/feuille-de-route-sociale-les-indicateurs-necessaires-a-la-co.html

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/11/02/deficit-du-budget-3-en-2013-alors-que-nous-allons-inevitable.html

 

 

finalement où allons nous ?

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/10/30/finalement-ou-devront-nous-aller-monsieur-le-president.html

 

 

quelle sera la stratégie ?

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/10/28/quelle-sera-la-strategie-du-president.html

 

 

le choc de compétitivité ,

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/10/27/choc-de-competitivite-certes-mais-choc-immediat-pour-la-crea.html

 

 

que faire Monsieur le président ?

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/10/21/que-faire-monsieur-le-president-n-est-uil-pas-temps-de-dire.html

 

 

Où allons nous monsieur le président ?

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/10/19/ou-allons-nous-monsieur-le-president-hollande.html

 

 

le bateau coule .....

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/07/26/le-bateu-coule-pourquoi-les-politiques-mentent-ils-et-contin.html

 

 

budget 2013, rêve irréel ?

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/10/03/budget-2013-juste-ou-irrel.html

 

 

pouvons nous nous sortir de l'ornière

 

rappel deune fiche ancienne du blog reprise à multe reprises

 

 

http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/07/15/pouvons-nous-enfin-nous-sortir-de-l-orniere.html

 

Posté par gillesgamba à 13:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2012

Où ALLONS NOUS MONSIEUR LE PRESIDENT HOLLANDE ??

 

Certes l'opposition s'oppose quoi de plus naturel ?

 

 

Le gouvernement semble débordé, ne l'est il pas depuis si longtemps?

 

 

les résultats de la politique en cour sont ils visibles ?

 

 

la bonne question serait sans doute de savoir si en quelques mois cela pourrait être possible?

 

 

or nous sommes sur un vélo, tant que nous pédalons il avance et l'équilibre instable est compensé par la vitesse.

 

 

or cette vitesse ralentit au risque même de disparaître et d'avoir pour conséquence la Chute !

 

 

 

Depuis l'arrivée du nouveau pouvoir socialiste le leit motif se résume en deux ou trois mots:

 

 

l'égalité, l'égalité et donc la justice.

 

 

quel républicain pourrait il ne pas partager ceci?

 

 

cependant cette volonté affichée d'égalité et de justice qui ne peut se traduire que par un renversement de priorités jusqu'ici suivies dans notre pays n'est pas à l'abri d'effets pervers.

 

n'est ce pas d'ailleurs le sens même du premier discours de François Hollande au BOURGET ?

 

mais: mais:

 

 

" Les chemins de l'enfer ne sont ils pas depuis toujours pavés de bonnes intentions"?

 

 

Ce principe dogmatique de taxer le capital à la même hauteur que le travail ne risque t il pas d'avoir comme effets pervers immédiats un assèchement des investissements et donc un impact direct sur l'équilibre des entreprises privées seules créatrices d'emplois?

 

 

Ce combat commun pour l'emploi c'est à dire la réduction du chômage ne passe t il pas en toute logique par l'accompagnement des entreprises qui logiquement dans notre pays comme chez tous nos voisins sont les seules à pouvoir offrir à 5 millions de nos concitoyens qui en sont privés les conditions d'un avenir digne à savoir un emploi.

 

 

détruire les conditions de la création des entreprises et plus encore de leur adaptation au marché réel et non idéologique ne peut avoir pour conséquence qu'un ralentissement encore plus grand de notre économie et donc logiquement un accroissement exponentiel du chômage.

 

 

est ce le choix du gouvernement ? la réponse est NOn mais alors pourquoi ces cafoulllages?

 

 

mais avant de porter un avis sur la stratégie retenue par le président car ce n'est qu'à partir des objectifs lointains retenus que peuvent se comprendre les décisions du quotidien prises par le pouvoir de "saisonniers" en place.

 

 

En nous plaçant dans cette perspective lointaine, tous les candidats avaient donc le même objectif qui lui est donc partagé théoriquement par l'ensemble des français (ou du moins ceux dotés de bon sens ).

 

 

Comment rétablir l'équilibre des comptes publics afin de rendre au gouvernement son autonomie de décision et surtout à terme comment réduire la dette du pays dont les intérêts de remboursement pèsent de plus en plus sur la liberté de manoeuvre du pouvoir. (qu'il soit de gauche ou de droite)

 

 

Quelques chiffres sont cependant indispensables pour comprendre.

 

 

les 100 ou 108 milliards de déficit structurel de nos comptes trouvent leur explication dans la comparaison des recettes du pays comparativement à ses dépenses.

 

 

Pib 2000 milliards d'euros

 

 

dépenses publiques environ 1250 milliards et 1150 milliards seulement de recettes

 

les 1250 milliards de dépenses qui se décomposent en

 

 

600 milliards de dépenses de la sécurité sociale

 

400 milliards de dépenses de l'état

 

et 250 milliards de dépenses des collectivités territoriales.

 

 

mais également 1800 milliards de dette (qui à 3% représentent 54 milliards de remboursement annuel)

 

mais n'oublions pas les 10 000 milliards d'actifs des Français dont 70% en immobilier et surtout leur capacité d'épargne de plus de 180 milliards par an qui en font les champions du monde ainsi que nos 1500 milliards d'euros de nos assurances vie défiscalisées avec des rendement supérieur à 7 ou 8% en raison de leur placement dans l'accompagnement des économies des pays émérgents à très fort taux de croissance.

 

 

concernant l'économie, notre population active d'environ 28 millions de personnes sur les 66 millions de la population française dont déjà plus de 17 millions de retraités, 3 millions d'étudiants et 18 millions d'enfants

 

 

les 28 millions de la population active supportant ainsi les 38 millions autres

 

 

avec cependant sur ces 28 millions 6 millions de fonctionnaires dont 2,5 millions ont été recrutés depuis 1982

 

 

avec également 1,3 millions d'emplois salariés au sein des associations et donc entièrement financés par l'impôt via les multiples subventions

 

les 5 millions actuels de personnes inscrites à pôle emploi dont 3 millions seulement en catégorie A sont pris en compte

 

 

or ces 12, 3 millions de salariés ou chômeurs sont pris en compte par l'impôt et les cotisations sociales qui pèsent sur les entreprises.

 

 

Il ne reste alors qu'à peine 15 700 000 emplois salariés du privé qui seuls sont en mesure de créer la richesse du pays, tous les autres salariés étant dans le fonctionnement de l'état et non créateurs de richesses si ce n'est sociales.

 

 

Or près de 3 millions de ces emplois sont occupés par les 3 millions de petits patrons français dont la caractéristique essentielle est de diriger des micro entreprises (99% des entreprises Françaises comptent moins de 50 salariés 96% moins de 19 et 93% moins de 9 quand seulement 1800 en comptent plus de 500.

 

 

Sur les 12,7 millions restants près de 3 millions concernent des emplois à temps partiel (souvent non choisis) qui sont occupés à 90% par des femmes (souvent mères de famille seules à élever leurs enfants.

 

 

Il ne reste donc que moins de 10 millions d'emplois salariés (9,7 millions) mais là encore avec près 1,7 millions d'emplois en CDD contrat à durée déterminé (mis en place par Madame AUBRY déjà pour lutter contre le chômage en son temps)

 

 

ce sont donc à peine 8 millions d'emplois privés qui se retrouvent en CDI complet. avec la garantie de l'emploi tant que l'entreprise ne fait pas faillite, à l'identique des fonctionnaires titularisés qui ne concerne en fait que moins de 60% des effectifs des trois fonctions publiques. (état territoriale et hospitalière)

 

 

 

ces différents chiffres en mémoire revenons en à l'objectif de nos politiques

 

 

réduire de 100 milliards nos dépenses structurelles passe par trois ou quatre solutions

 

 

1/ augmenter les impôts de 100 milliards

 

2/ diminuer les dépenses publiques de 100 milliards (option sarkozy)

 

3/ augmenter les impôts de 50 milliards et diminuer les dépenses de 50 milliards (option de BAYROU)

 

4/ Augmenter les impôts de 40 milliards et parier sur le retour de la croissance (4%) pour engranger 60 milliards de taxes nouvelles pari d'Hollande.

 

 

Si tout le monde est donc d'accord sur l'objectif stratégique les modalités pour y parvenir sont bien différentes.

 

le FMI comme tous les organismes internationaux ont cependant pris conscience que l'austérité seule n'est pas la solution, qu'il faudra du temps pour le retour aux équilibres fondamentaux donnant ainsi après coup raison à Hollande sur les modalités de sa stratégie.

 

 

mais des interrogations subsistent et elles sont très nombreuses.

 

 

le pari en apparence logique n'est il pas un pari fou? contraire au bon sens et ne risque t il pas d'amener le pays à la faillite comme en 1984?

 

 

Certes personne ne peut nier que certains lignes aient changé y compris dans l'orthodoxie de la BCE.

 

mais est ce suffisant?

 

 

nous risquons de le savoir très vite si le chômage dépasse très vite l'inimaginable dans la perception socialiste du réel.

 

 

imaginons 400 000 chômeurs de plus en catégorie A de mai à décembre 2012 en France soit 1 millions de plus à pôle emploi et pire encore 2 à 3 millions de plus d'ici fin 2013?

 

 

comme nous l'avions déjà connu entre 1981 et 1984.

 

 

Le rêve prendra t il fin alors dans l'attente de jours meilleurs et du retour si attendu de la croissance?

 

 

Le président ayant encore à sa disposition les mêmes mesures que la droite aurait été contrainte de mettre en oeuvre,

 

soit 4 points de csg (48 milliard de recettes supplémentaires)

 

et trois points de TVA soit 24 milliards.

 

03 octobre 2012

BUDGET 2013 Justice ou irréel et tropeur?

 

La présentation prochaine du budget devant le parlement risque encore d'être houleuse.

 

 

Avant toute critique il convient cependant de reconnaître sans esprit de clocher que le gouvernement fait preuve d'un courage sans doute hors de sa portée.

 

 

certes le déficit des budgets du pays dépassent encore cette année près de 108 milliards d'euros;

 

le gouvernement qu'il ait été de droite ou de gauche devait de toute manière mettre en oeuvre des mesures visant au retour à l'équilibre des comptes publics.

 

 

personne ne peut le nier ni à gauche ni à droite.

 

 

l'objectif final est donc commun aux partis de gouvernement mais les moyens qui seront engagés et ce malgré l'accord nécessaire et de bon sens sur la finalité de toute politique menée risque cependant d'être très divergent sur les modalités pour atteindre cet objectif partagé et vital pour l'avenir du pays.

 

 

 

En effet la France constatera en fin d'année une dette qui dépassera les 1800 milliards d'euros, cette dette malgré les mesures draconiennes qui seront mises en oeuvre dès cette année (si tout va bien) augmentera de manière mécanique de près de 70 milliards l'année suivante et sans doute encore de 40 l'année suivante pour atteindre encore 10 à 15 milliards fin 2015 avec une dette totale de près de 1920 milliards d'euros qui à 3% d'intérêts s'ils sont maintenus représentera de toute manière

 

57 milliards d'euros à prélever sur le budget soit quasiment l'équivalent du budget annuel de l'éducation nationale. (imaginons le montant des intérêts avec 4 à 5% ???)

 

 

mais si la démarche est légitime et plus encore impérative, les choix effectués risquent cependant d'avoir des effets pervers qu'aucun politique ne peut ignorer à ce niveau de responsabilité de l'état.

 

 

tout d'abord le calcul des économies à réaliser.

 

 

les 30 milliards annoncés par la presse découlaient plus personne ne l'ignore d'une estimation à 1,2% de croissance en 2013.

 

 

or cet objectif est démenti par tous les organismes économiques mondiaux ce qui a conduit le président lui même à ramener ce souhait à 0,8% déjà.

 

 

ce sont donc sans doute 30 milliards et 7 milliards qu'il faudrait prendre en compte, soit initialement 37 milliards, mais dans l'hypothèse de plus en plus crédible d'une croissance nulle il conviendrait alors de reprendre la lecture du dernier rapport de la cour des comptes qui précise dans cette hypothèse un effort bien supérieur soit 44 à 45 milliards.

 

 

En effet la baisse de croissance à zéro amputerait dans les calculs de bercy un pib d'environ 15 à 16 milliards d'euros , soit taxés à 60% un manque à gagner d'environ 9 à 10 milliards non pris en compte par Cahuzac et Moscovici.

 

 

pourra t on leur imputer demain cette petite erreur lourde cependant en conséquences?

 

 

sans doute mais faudrait il également reconnaître en étant de bonne foi que cette erreur aurait également été annoncées par la droite maintenue au pouvoir.

 

 

L'essentiel n'est cependant pas encore là.

 

 

est il normal de taxer les plus riches? la réponse de tous ceux qui ne payent pas d'impôt (50% des ménages) est sans appel OUI.

 

 

il est vrai qu'il ne s'agit que d'un simple retour de balancier suite aux décisions prises antérieurement par l'ancienne majorité

 

 

Mais une fois encore l'état ne s'attaque pas au fond du sujet à savoir la baisse réelle des dépenses publiques.

 

 

Or que ce soit la droite ou la gauche au pouvoir il n'existe aucune autre solution pour régler de manière durable notre déficit structurel.

 

 

Jusqu'ici la gauche ne l'avait jamais fait, et la droite par lâcheté s'y était également refusée pour motif électoral.

 

 

La recherche de la justice peut cependant avoir des conséquences funestes pour l'emploi en France, la fronde récente des futurs chefs d'entreprises devrait pouvoir faire comprendre à de nombreux français ignares en matière fiscale et économique que tuer la poule aux oeufs d'or a toujours eu pour conséquence un désastre.

 

 

la priorité des priorités du gouvernement (aujourd'hui comme hier d'ailleurs) n'est il pas le Chômage ?

 

 

or le règlement de ce douloureux sujet ne peut trouver de solution dans le recrutement de quelques dizaines de milliers de nouveaux fonctionnaires ou pseudo fonctionnaires.

 

 

La seule solution intelligente réside chacun en convient dans l'aide apportée aux entreprises et plus encore aux petites PME qui représentent 99% du total de toutes nos entreprises privées et qui concentrent encore 84% du total des 16 millions d'emplois privées.

 

 

Certes le gouvernement a fait de l'accompagnement des PME l'une de ses priorités pour justement lutter contre le chômage.

 

 

mais les moyens qui seront mis en place ne risquent ils pas d'être très insuffisants au regard de cette volonté affichée?

 

la future banque d'investissement qui regroupera tous les organismes déjà existants ne disposera d'aucun crédit supplémentaire si ce ne sont les 8 milliards résiduels du grand emprunt de sarkozy non encore utiliusés.

 

 

En revanche, si ce sont les entreprises et elles seules qui demain pourraient créer les emplois si nécessaires au pays on est alors en droit de s'interroger sur les mesures "JUSTES" annoncées qui vont manifestement à l'encontre de la création d'entreprises en FRANCE.

 

 

Aligner les bénéfices du capital sur ceux du travail pourquoi pas? mais cela n'a de sens que si toute l'europe procède à la même politique.

 

 

Concernant les futures entreprises qui devraient être créées en France, chacun doit comprendre que si la revente d'une entreprise à 5 ans serait taxée à 63% et non 32,5% comme aujourd'hui:

 

Aucun porteur de projet n'aura intérêt à rester dans le pays et ce pour les raisons suivantes.

 

 

cette remarque ne concerne pas les commerces ou les artisans qui eux ne peuvent se dé localiser

 

ceci concerne les sociétés à haute valeur ajouté et plus particulièrement celles qui sont innovantes de haute technicité.

 

 

les futurs créateurs d'entreprises s'ils détiennent un concept nouveau et commercialisable demain ne disposent jamais des moyens financiers pour monter seuls leurs entreprises.

 

 

ils sont donc dans l'obligation de s'associer avec des investisseurs qui de toute manière prendront un risque limité contrôleront jusqu'à 70 ou 80% de l'actif de la future société.

 

 

La dépose des brevets (protection des ventes futures de l'entreprise) ainsi que la montée en puissance de telles structure impose au moins quelques millions d'euros pour éclore à l'échéance de 5 ans.

 

 

De ce fait ces sociétés dès lors qu'elle commence à monter en puissance sont toutes revenues à 5 ans ce qui permettra ensuite au créateur de disposer de moyens financiers suffisants pour créer une nouvelle entreprise sans être totalement dépendant de ces futurs investisseurs (réalisable en contrôlant plus de 51% des actions à la constitution de l'entreprise)

 

 

Quelle sera ou mieux quelle est la conséquence de l'annonce des mesures fiscales du gouvernement?

 

 

Un futur créateur d'entreprise peut il rester en France?

 

 

S'il opte pour cette hypothèse il sait d'avance qu'il sera privé du fruit de tous ses efforts au bout de 5 ans lors de la revente de sa société

 

 

en revanche s'il créé sa société dans de nombreux pays européens, il sait d'avance qu'il ne sera que peu taxé lors de la revente de son travail et ses SACRIFICES de 5 à 8 ans et qu'il pourra ensuite créer une future entreprise dont il sera l'actionnaire majoritaire.

 

 

Cette réalité est déjà vérifiable dans les statistiques de l'INSEE, en effet depuis mai 2012 ce sont plus de 26% de chute de création d'entreprise de ce type en France, avec les conséquences dramatiques que cela sous tend

 

 

En effet si deux millions des 16 millions d'emplois privés sont détruits chaque année en France, un volume équivalent vient immédiatement combler cette réalité avec la création de nouvelles entreprises.

 

 

or si les entreprises ne sont plus créées en volume suffisant et que les destructions d'emplois elles persistent de manière inéluctable en raison de l'inadéquation des produits au marché, alors la conséquence est connue une augmentation dramatique du chômage et la colère du peuple qui en sera le corollaire inévitable.

 

Posté par gillesgamba à 17:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,